03/06/2009

VENEZ OBSERVER LE SOLEIL !

Le dimanche 14 juin prochain - au bord du (petit) lac de Divonne-les-Bains - Les clubs d'astronomie M51 et Orion organisent une observation du Soleil.

Dès 14 heures et jusqu'à 17 heures environ, les curieux pourront venir mettre l'oeil dans les oculaires des téléscopes solaires. Ils pourront y voir le Soleil comme ils ne l'ont jamais vu et avec un peu de chance, observer des taches (même si l'astre de jour est plutôt "paresseux" ces temps !). La cerise sur le gâteau serait de pouvoir observer une protubérance.

Les deux clubs disposent des instruments nécessaires pour une observation absolument sans danger. Venez nombreux. En même temps vous pourrez vous promenez sur le chemin des planètes. Il y aura aussi une petite buvette à disposition.

Vous trouverez tous ces mordus d'astronomie sur la rive sud du lac, là où se trouve le Soleil du chemin des planètes. 50 mètres après la douane française de Chavannes-de-Bogis, vous tournez à droite.

02/05/2009

Les meilleurs du monde ?

Il suffit de parcourir les blogs de la TG pour se rendre compte que nous, Suisses, sommes les meilleurs du monde. La meilleure armée, quoique...Le meilleur système de santé, quoique...Le meilleur enseignement primaire et secondaire, quoique...la meilleure police, quoique... les meilleurs "dealers", quoique, le meilleur parti de la droite extrême, quoique...Bref, c'est tellement génial dans ce pays que tous les étrangers rêvent d'y venir, et d'ailleurs y viennent - et beaucoup trop selon le parti ci-dessus - et qu'encore ceux qui arrivent à Lampedusa ont probablement été mal informés. ignorant qu'on n'arrive pas en bateau chez nous, mais parfois quand même on nous y mène.

On se demande en fin de compte comment des retraités peuvent avoir l'outrecuidance d'aller passer le reste de leurs jours à l'étranger.

Alors le 17 mai prochain, il va falloir viser juste : voulons-nous ajouter à nos géniales qualités et institutions un passeport à empreintes digitales susceptibles de nous rendre complètement transparents !

Ce même jour, il va falloir aussi se prononcer sur l'assurance-maladie et la réintroduction des médecines dites parallèles.

Je ne suis pas devin, mais tout de même je m'interroge déjà sur le taux de participation à ce scrutin. Et tout d'un coup de sérieux doutes m'envahissent : sommes-nous vraiment si bons que cela ?

Demandez donc aux familles modestes ce qui leur reste après avoir payé leurs cotisations maladie et leur loyer ? Et comme cela ne suffit pas, on nous concocte une taxe pour aller chez le médecin. Autrement dit, vous allez payer pour que vos cotisations n'augmentent pas... Il ne faut pas se leurrer. Les frais de santé ne diminueront pas. Ceux qui font de telles promesses sont soit simplement des menteurs ou des inconscients, peut-être les deux à la fois.

Une notion a - malheureusement - disparu complètement des discours aussi bien officiels que de ceux des citoyens lambda : le côté mutualiste de l'assurance-santé. Il n'y a pas si longtemps, ceux qui étaient aisés et en bonne santé payaient pour les moins bien lotis et malades. L'aspect mutualiste a été remplacé par "je paie (cher) donc j'y ai droit. Et les caisses-maladie ont remplacé les sociétés de secours mutuels !

Dire que la Suisse à la meilleure médecine du monde n'a pas beaucoup de sens dans la mesure où elle sera bientôt réservée qu'à ceux qui auront les moyens de se l'offrir. Pour les autres, en reviendra-t-on au dispensaire pour de vulgaires soins de base ?

Les éternels replâtrages auxquels nous assistons ne viendront naturellement pas au bout du problème. Pendant longtemps encore il faudra se serrer la ceinture. L'assurance-maladie ne coûtera pas moins cher, c'est une très méchante illusion entretenue par bon nombre de politiciens ignorants de la problématique.

L'avenir est donc sombre. Et pour longtemps. Nous n'avons pas voulu d'une caisse unique et le peuple est souverain. Mais quel est la souveraineté d'un peuple "asservi" à des cotisations exhorbitantes qu'il ne sera bientôt plus en mesure de payer ? Il faudra bien, une fois ou l'autre faire en sorte que l'on tienne compte de la capacité contributive de chacun. Sinon nous irons dans le mur ; il est tous les jours un peu plus haut...

 

26/04/2009

Exhumation

En cherchant un ouvrage dans ma bibliothèque, je tombe sur un ouvrage que je ne croyais même pas posséder : "A contre-courant" journal d'un écrivain non engagé, signé Henri Schubiger.(Editions Perret-Gentil) et dédicacé à mon intention.

Cet homme, j'ai eu le plaisir de le connaître lorsque mon camarade d'études - Michel Bättig - me proposa, avec l'accord de Georges Gros, des piges pour le Courrier de Genève. Je devins donc pigiste et je le restai pendant quelques années, le temps de terminer mes études. Je me souviens bien de la physionomie de M. Schubiger. Je me le rappelle comme d'une personne très discrète et d'une grande culture. Et la relecture de son journal allant de 1962 a 1964 fait apparaître très nettement le caractère tourmenté de ce réformé converti au catholicisme. Une figure revient très souvent dans ses propos : celle de Léon Bloy à laquelle Schubiger semblait porter une admiration sans limite. Ses coups de gueule à propos du journalisme sportif ont dû en froisser plus d'un ! Tout comme son incompréhension face aux dépenses engagées pour la conquête de l'espace, alors réservé aux Etats-Unis et à l'URSS. J'ai aimé cotoyer cet homme même si je n'ai pas été un proche. Je me rappelle enfin sa silouhette un peu voûtée et lente, comme si cette lenteur permettait à cet intellectuel de mieux cerner le monde dans lequel il vivait.

L'entrée au Courrier a aussi été pour moi les premiers pas dans le journalisme même si je n'ai pas perséveré dans cette voie pour des raisons personnelles. Je me souviens m'être fait engueulé par Georges Gros pour avoir oublié de mentionner - pour moi un détail ! - la fermeture de l'aéroport entre 22h. et 6h du matin. Mais le même G. Gros m'a aussi confié le suivi - aux Assises - du procès des protagonistes du "Gang à l'Ambulance", à moi qui n'avais jamais mis les pieds dans un prétoire. Quel décorum, quelle solennité. Lorsqu'a rententi le traditionnel "Messieurs la Cour", je me suis demandé si j'étais dans un livre ou si la réalité me frappait en pleine figure.

Et puisque je parle de journalisme, on me permettra de faire allusion à Jean-Claude Nicole et son journal La Suisse. Curieux personnage que l'éditeur de la Suisse. N'aimant pas toujours la contradiction, j'ai parfois le sentiment qu'il était entouré de courtisans plutôt que de conseillers. Jamais en panne de projets, ceux qu'il a essayé de monter ont souvent connu l'échec. En avance sur son temps ? Peut-être ! Ses ennemis ne se sont pas privés de lui mettre des peaux de banane ; Il a fini par mettre les pieds dessus, contre son gré sans doute !
Il n'empêche. J'ai revu J.-C. Nicole après la disparition de La Suisse alors qu'il occupait un poste de réviseur - je crois - dans une administration. C'est lui qui s'est approché de moi pour me saluer. Ca, c'est Jean-Claude Nicole : il pouvait être humble - il m'en a administré la preuve par son salut - et proche de la mégalomanie. Dans le milieu de la presse, il n'a laissé personne indifférent !

06/04/2009

publicité mensongère ou botte secrète ?

A Genève, il y a encore du travail si l'on veut figurer en meilleure place dans les études PISA...

P4050007.JPG

20:21 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/10/2008

ils sont 527 debout, ils ne seront plus que 80 à s'asseoir

J'essaie d'imaginer la tête des candidats à la constituante au soir du 19 octobre prochain : 80 heureux et un peu plus de 440 déçus. En lisant les propositions des candidats, d'où qu'ils viennnent, je me demande si l'on va vraiment écrire une constitution ou si l'on ne va pas créer un catalogue de tous les désirs, du plus cohérent au plus farfelu, du plus "citoyen" au plus partisan, du plus corporatiste au plus laïque...

Au fond, j'en viens à me demander si l'important n'est pas ailleurs. Quels que soient les élus et leur appartenance ou non appartenance, j'appelle de mes voeux que les 80 constituants travaillent dans un esprit d'ouverture et de respect en se rappelant que la constitution est pour tous, du plus modeste citoyen au premier magistrat du canton.

Comme candidat, je souhaite que le nouveau texte soit innovateur, ambitieux et ouvert sur le monde qui nous entoure. En cas d'élection, j'y viendrai non pas pour "m'opposer à" mais pour "travailler avec". Si cet esprit est respecté, nous ne devrions pas craindre un rejet du texte par les électeurs : tout le monde s'y reconnaîtra.

Emile de Girardin écrivait au 19 siècle :"Respect de la Constitution, car on connaît la Constitution qu'on a, mais on n'est jamais sûr de celle qu'on aura.

 

 

12/10/2008

Une constitution sans sectes

Ainsi donc les Constituants vont probablement se battre pour savoir s'il convient de garder la laïcité comme élément essentiel de la nouvelle constitution, ou si au contraire il faut assouplir cette notion.

Si j'ai bien compris, on interdit à un pasteur ou un curé de siéger dans une assemblée d'élus alors que n'importe quel(s) membre(s) de sectes aussi souterraines que dangereuses pourra/ont siéger dans une assemblée démocratiquement élue.

Pensant qu'un curé ou un pasteur ne saurait être plus "dangereux" qu'un gourou de provenance incertaine, j'en viens à me demander si l'inégibilité ne devrait pas être étendue à tous les membres des corporations susceptibles de porter ombrage à la démocratie. Des exemples ? Ben, disons les avocats, les homos, les banquiers, les parachutistes (dorés ou non).

Décidément, j'ai beau retourner la question dans tous les sens, je n'arrive pas à comprendre pourquoi on exclut les ecclésiastiques des assemblées et que les membres influents de sectes y soient admis !

Comme candidat à la Constituante - liste no 12 www.proposition.ch, je ne manquerai pas de soulever la question en cas d'élection !

 

22:27 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |