22/10/2013

Ne ratez pas la comète!

En ce mois d’octobre, préparons-nous à accueillir la comète Ison qui devrait faire son apparition dans notre ciel en décembre prochain. Et visible à l’œil nu, s’il vous plaît ! Une comète est un objet composé de neige sale et de poussières qui peut être périodique ou non, c’est-à-dire revenir nous voir à intervalles réguliers - la comète de Halley tous les 76 ans - ou simplement passer et aller se perdre dans les confins de l’univers ! Mais si aujourd’hui il y a un réel engouement pour les comètes c’est parce que la presse en fait généralement un large écho et que des associations - comme l’AFA par exemple (Association Française d'Astronomie) - multiplient les manifestations pour rendre l’astronomie et ses phénomènes accessibles au plus grand nombre.

Mais il faut aussi savoir que dans un passé pas si lointain, les comètes étaient considérées comme des oiseaux de mauvais augure : annonciatrices de conflits et de catastrophes. Il en fut ainsi en 1914 où trois comètes furent découvertes et suivies du conflit meurtrier qui suivit. 1939 n’échappa à cette règle macabre avec une comète spectaculaire. Et nous Suisses qui fêtâmes une exposition nationale en 1914 et une autre en 1939, soit une tous les 25 ans, nous demandâmes ce qu’il adviendrait en 1964. Et bien rien, sinon une très belle « expo » à Lausanne qui attira de nombreux visiteurs.

 

Alors vive les comètes !

 

P.S.: Il y a aussi de nombreuses raisons pour lesquelles la comète pourrait n'être qu'un vulgaire point lumineux dans le ciel de décembre sans que vous et moi puissions y reconnaître une comète. Il faut dire que ces objets peuvent être très capricieux et que leur éclat peut varier en fonction de circonstances nombreuses et variées, notamment lors de leur passage à proximité du Soleil.

 

Ison - 9.10.13.jpg

Comète Ison - Photo Hubble 9.10.2013

 

 

12:04 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/08/2013

Alerte à la noyade dans...l'ISS

Le site Planet.fr fait état hier vendredi d'une mésaventure (le terme est faible) survenue à l'un des astronautes - l'Italien Luca Parmitano - lors d'une sortie de la station spatiale internationale ISS.

Ressentant une étrange sensation, l'Italien s'est tout d'un coup aperçu que de l'eau se trouvait dans le casque de sa combinaison. Pour une surprise ce fut une surprise. Heureusement pour lui, Parmitano a pu rejoindre la station avant d'avoir le casque plein d'eau avec la conséquence fatale qui en serait découlée.

On parle d'une fuite dans le système de refroidissement de sa combinaison qui serait à l'origine de l'incident (de l'accident ?). Par mesure de précaution, toutes les sorties sont suspendues en attendant d'en savoir davantage.

J'ajouterai que les ingénieurs ont sans doute anticipé d'innombrables causes d'incidents et d'accidents, mais qu'ils n'avaient peut-être pas imaginé que le casque d'un astronaute puisse se remplir d'eau...

 

10:57 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

11/02/2013

Attention, astéroïde !

Vendredi prochain, un astéroïde de 45 mètres de diamètre et d'une masse de 135.000 tonnes frôlera notre Terre et passera à seulement 27500 km de notre planète, soit plus près que les satellites appelés géostationnaires qui, eux,orbitent à quelque 36.000 km.

La NASA informe : il n'y a aucun danger. Pas la peine de vous affoler. Quoique, disent certaines personnes mal intentionnées, une collision aurait, peut-être, permis de faire disparaître quelques dinosaures de la politique. Mais bon, n'en parlons plus...

Le petit schéma de la NASA ci-dessous vous en dira certainement davantage que de longues explications.

asteroid20130201-full.jpg

12:12 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/10/2012

Science ou inconscience ?

Il y a trois jours, un Autrichien de 43 ans - Felix Baumgartner - s'est élancé dans le vide d’une altitude de 39.000 mètres (oui, vous avez bien lu !) pour une chute libre supérieure à 4 minutes et au cours de laquelle il a dépassé le mur du son. Il s’est ensuite posé, avec l’aide de son parachute, dans les environs de Roswell, au Nouveau-Mexique (USA). Inconscience ? Sûrement pas ! L’opération avait été minutieusement préparée pendant 5 ans et l’on peut imaginer que l’évaluation des risques avait été réalisée avec beaucoup de soin. D’où sans doute la réussite. Science ? On peut nourrir quelques doutes à ce sujet.  En effet, il est peu probable que ce saut apporte beaucoup d’éléments nouveaux, que ce soit pour la médecine ou la physique. Aussi bien devrait-on davantage parler de ce saut comme d’un exploit accompli par un homme déterminé et peut-être même obnubilé par son idée de record !

Mais après tout, nous avons besoin de ce genre d’exploit qui permet d’échapper, de temps à autre, au quotidien !  Sur dix personnes, neuf vous diront avoir regardé la vidéo sur YouTube. La dixième est une menteuse...

 

20:34 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

05/10/2012

Bip...bip

Souvenez-vous. Hier 4 octobre on a célébré le lancement du premier satellite artificiel de l'histoire humaine : Spoutnik 1. Il y a exactement 55 ans les Soviétiques lançaient donc le premier objet mis en orbite autour de la Terre en même temps qu'ils lançaient un formidable défi aux Américains qui se sont laissé surprendre.

Le modeste "bip bip" que l'on pouvait entendre alors à la radio suffisait à nous faire rêver et nous entraîner dans des voyages interstellaires dont on ne mesurait pas forcément les difficultés. N'importe, le match était commencé et il faudra 12 ans aux Américains pour, en quelque sorte, reprendre la main ... et mettre le pied sur la Lune. C'était le 21 juillet 1969. Et l'astronaute Neil Armstrong, décédé le 25 août dernier, en aura été le héros malgré lui, lui qui ne cherchait visiblement ni honneurs ni célébrité.

Quand je vois les enfants de maintenant regarder d'un oeil distrait le départ d'une fusée, je pense avoir été, d'une certaine manière, privilégié de vivre ces événements uniques. Mais la roue tourne, la vie continue et je suis sûr que les enfants d'aujourd'hui auront le privilège de vivre les leurs !

Bip...bip

18/11/2011

Manipulation malheureuse...!

A la suite d'une manipulation malheureuse, je viens de perdre mes 25 dernières notes. Désolé pour ceux qui avaient laissé des commentaires. MIa bon, ce n'est pas la fin du monde.

 

Et comme je fais ce soir un petit atelier avec des enfants, je vous laisse découvrir un bien beau spectacle que je n'ai - à ce jour - jamais eu l'occasion de voir.

 

Regardez la suite ici

17:49 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/05/2011

Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose...

Le changement de temps m'a fait rater le rendez-vous ! D'habitude le samedi vers 8h. du matin, je déjà publié ma définition. Or il est  17h.25 et je me mets seulement maintenant devant mon clavier.

Parlons un peu technique optique aujourd'hui !

Grossissement :

On appelle grossissement le rapport qui existe entre le diamètre apparent de l'image donnée par un système optique et celui de l'astre observé. Du point de vue pratique, on peut dire que le grossissement maximal d'un instrument (télescope ou lunette astronomique) correspond à environ deux fois le diamètre de l'instrument exprimé en millimètres.

Une lunette ou un télescope de 100mm de diamètre permettra un grossissement maximal de 200 fois. Et pour autant que les conditions météo soit excellentes : absence de vent, plutôt froid...ce qui est - malheureusement - assez rare dans notre région.

17:33 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/05/2011

Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose

Oui, je suis en retard, mais que voulez-vous, le beau temps, samedi, le farniente. Bref, les excuses sont faites pour s'en servir !

Je me suis dit qu'avec cette chaleur, il ne fallait peut-être pas trop charger les neurones. Aussi bien je vous livre une petite définition toute facile qui ne vous servira probablement à rien dans la vie quotidienne. Mais après tout, apprendre quelque chose de nouveau n'a jamais fait de mal à personne. En tout cas pas à moi...

Amas globulaire

Contrairement à l'amas ouvert, l'amas globulaire est un système très concentré comportant plusieurs centaines de milliers d'étoiles très vieilles. Il s'agit de systèmes sphériques de petites dimensions (de 60 à 300 années-lumière de diamètre). A l'observation l'amas globulaire ressemble à une assiette composée d'une multitude de points lumineux. C'est un peu comme si l'on observait une ville de très haut et que l'on voie chaque maison illuminée, naturellement très proches les unes des autres.

J'ai oublié de vous dire : les amas globulaire ne sont généralement pas visibles à l'oeil nu. Un des plus célèbres, pour les astronomes amateurs, porte le doux nom de M13, soit le 13ème objet du catalogue de Messier.

Ci-dessous l'amas globulaire M80 du catalogue Messier (photo Hubble Heritage Team (AURA/ STScI/ NASA))

ams globulaire m80.jpg

14:56 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/04/2011

Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose !...

En ce samedi de Pâques - à ne pas confondre avec le Samedi Saint, comme me l'a fait remarqué un visiteur de mon blog - je vous propose une nouvelle définition en relation avec l'astronomie : Constellation

Une constellation est un groupe d'étoiles représentant un figure facilement reconnaissable dans le ciel. Par exemple, la Grande Ourse que l'on appelle aussi souvent dans le public "la Casserolle" du fait de sa forme.  Il faut savoir, en fait, que les étoiles qui forment une constellation n'ont absolument rien à voir les unes avec les autres. Lorsque nous regardons le ciel, nous avons l'impression qu'une constellation est comme une image imprimée, à plat, et que toutes les étoiles qui la forment sont à la même distance de l'observateur. Il n'en est rien ! Si nous pouvions nous déplacer pour la regarder depuis le côté (et non de face), nous pourrions constater qu'une étoile est à 150 années-lumières, une autre à 228 années-lumière, etc.

Quant aux noms attribués, ils concernent avant tout la mythologie, plus spécialement dans l'hémisphère boréal. Ptolémée, l'astronome grec avait déjà établi un catalogue de 48 constellations. Dans l'hémisphère austral, les noms sont plus "actuels" et la mythologie est nettement moins présente.

Officiellement, les astronomes reconnaissent actuellement 88 constellations et 13 d'entre elles représentent ce qu'on appelle le zodiaque. (Pour les astrologues, il n'y a que 12 constellations dans le zodiaque.)

 

 

11:22 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/04/2011

Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose !...

En ce samedi de Pâques, je vous propose un nom - "unité" - et un adjectif - "astronomique". Deux mots donc qui n'ont rien de savant. Mis ensemble, quand astronomique qualifie l'unité, le groupe prend un sens tout à fait particulier.

Unité astronomique

Il s'agit du rayon moyen de l'orbite terrestre autour du Soleil - soit un peu moins de 150 millions de km. mais c'est ce dernier chiffre qui est utilisé par souci de simplification. Cette unité astronomique (U.A. ou A.U en anglais) est utilisée pour parler des distances dans le système solaire. La Terre est donc à une unité astronomique du Soleil.

Excellent week-end pascal à toutes et tous.