14/11/2009

Hou là là, je sais pas !

Bonjour. C'est Jonas. Vous êtes toujours avec moi ? (comme disait Mir à Miroska). Bon, très bien.

Au fait, savez-vous que le ciel d'hiver est propice aux observations astronomiques ? La turbulence est plus faible, l'air est plus stable, ce qui donne des images plus nettes. Et puis, pour ceux qui n'aiment pas veiller trop tard, vous pouvez commencer à observer assez tôt dans la soirée. Enfin, de nombreux objets célestes sont observables seulement durant l'hiver et ce sont souvent les plus beaux !

 

Voilà pour l'information. Pour la question hebdomadaire, il vous sera - peut-être - nécessaire d'avoir recours à votre dictionnaire favori. Nous sommes un peu dans le vocabulaire technique, celui qui parfois fait croire aux profanes que vous êtes un expert alors que c'est juste de la frime...

 

Bref. Voilà donc pour vos neurones :

 

Par quel mot désigne-t-on l’éclat apparent d’une étoile ?

 

a) Parsec.
b) Magnitude
c) Eclipse.

 

 

Réponse à la question de la semaine dernière : b) Eratosthène

Voilà probablement un personnage dont le nom ne dit pas grand chose à pas grand monde ! Et pourtant, ce Grec érudit (n'était-il pas géographe, mathématicien, astronome, grammairien, philosophe et poète) ayant vécu à Alexandrie, possède une place de choix dans le monde de l'astronomie. Excellent mathématicien, Eratosthène se servit de la théorie des angles "alternes-internes" pour calculer le rayon de la Terre et il fut le premier à évaluer assez précisément la longueur de la circonférence de la Terre. Quand bien même son résultat extraordinairement précis pour l'époque est parfois considéré comme étant le fruit de circonstances heureuses, il fallait le faire ! Surtout au troisième siècle avant J.-C. Eratosthène dut se sentir bien seul avec son résultat. Qui, il y a vingt-trois siècles, se souciait de la rotondité de la Terre alors que tout le monde la croyait plate. Et qui d'ailleurs s'en soucie aujourd'hui à part quelques spécialistes. Il n'empêche. Eratosthène reste un exemple de ce que l'on appellera la curiosité scientifique, celle qui considère que rien n'est jamais définitif, qu'une découverte n'est pas une fin en soi mais un commencement.

Eratosthène s'est également illustré dans la recherche des nombres dits premiers, ceux qui ne se divisent que par un ou par eux-mêmes. On appelle cette méthode le crible d'Eratosthène.

Bon je vous quitte ; il faut que j'aille voir sur la Lune ce qu'a donné l'impact de l'engin américain lancé à toute vitesse dans un cratère. Pourquoi ? Pour savoir s'il y a de l'eau sur notre satellite naturel.

Je vous souhaite une excellente semaine.

Jonas.

08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/11/2009

Fête de la Science

Du 16 au 22 novembre aura lieu la Fête de la science à l'Esplanade du Lac à Divonne-les-Bains ainsi qu'au Globe de la Science et de l'Innovation du CERN.

Cette manifestation est organisée conjointement par Euroscience-Léman et le CERN. Les partenaires sont l'Esplanade du Lac, l'Université de Genève, Le Club astronomique M51 et l'Université pour tous de Divonne et le Lycée International de Ferney-Voltaire.

Le Domaine de Divonne et la Communauté de Communes du Pays de Gex soutiennent cette manifestation.

Vous trouverez tous les renseignements nécessaires sur les sites

www.euroscience-leman.org

www.cern.ch

Il y aura notamment la possibilité de voir fonctionner un pendule de Foucault, instrument qui permet de montrer la rotation de la Terre. Le dimanche 22 novembre il y aura un petit rallye ouvert à tous.

Et puisqu'il est question d'astronomie, je me permets de rappeler l'existence du Chemin des Planètes de Divonne-les-Bains qui vient d'être revêtu de ses nouveaux panneaux. N'hésitez pas à y emmener vos enfants. C'est très instructif.

Pour quelques renseignements sur l'astronomie : www.m51.asso.cc-pays-de-gex.fr

Ah, ces Grecs...

Bonjour à toutes et à tous ! Je suis de retour d'Andromède, notre galaxie-soeur. Dans le catalogue de Charles Messier, elle porte le "nom" moins poétique de M31.

Pour la question d'aujourd'hui, je vous recommande d'ouvrir vos dictionnaires.  Avant de m'intéresser à l'histoire de l'astronomie, je n'avais jamais entendu parler de ce personnage. Pas plus que des deux autres d'ailleurs...Bon, mais maintenant, au moins vous savez qu'ils sont grecs tous les trois.

Qui a été le premier à évaluer correctement la longueur de la circonférence de la Terre ?

a) Aristarque de Samos.
b) Eratosthène.
c) Claude Ptolémée.

Réponse à la question de la semaine dernière : b) Iouri Gagarine. D'accord, il n'a fait qu'un seul tour de la Terre dans sa capsule. Tout le monde ne peut pas en dire autant. C'était en 1961. En pleine guerre froide, il paraît que les Américains se sont sentis assez frustrés. Après Spoutnik 1 en 1957, ça commençait à faire beaucoup.

Iouri Gagarine, quant à lui, s'est tué quelques années plus tard - en 1968 - lors d'un vol d'essai, en avion cette (dernière) fois.

Si cela vous intéresse toujours je serai là la semaine prochaine. A bientôt donc.

Excellente semaine. Jonas.

08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/10/2009

Tout le monde n'y croit pas

Bonjour, c'est Jonas ! Je suis content de vous retrouver pour notre petit quiz. Que vous soyez des fidèles ou simplement "de passage", vous êtes les bienvenus.

En cette Année Mondiale de l'Astronomie, mon plaisir est de vous faire découvrir un peu notre univers avec les gens qui sont dedans. Bien sûr, il y en a de plus célèbres que d'autres. Moi, par exemple, à part vous, personne ne me connaît. Que voulez-vous, tout le monde n'a pas le génie d'Einstein ! Mais bref, revenons à notre petit jeu. D'accord, vous n'êtes pas tous astronomes, mais ne me dites pas que vous n'avez jamais entendu parler de lui. Lui ? L'homme de la question !

Quel est le premier homme qui a fait le tour de la Terre dans une capsule spatiale ?

 

a) Neil Alden Armstrong.

b) Iouri Gagarine.
c) Alexandre Popov

 

Réponse à la question de la semaine dernière : b) Neil Alden Armstrong (Ceux qui ont répondu Louis Armstrong recopieront 100 fois "je réfléchis avant de répondre"). Armstrong, Neil de son prénom, a donc été le premier humain à poser le pied sur la surface de la Lune. Et à ce moment précis, il a dit "c'est un petit pas pour l'homme et un grand pas pour l'humanité".

 

A propos, savez-vous que de nombreuses personnes aux Etat-Unis (entre 6 et 20 %, dit-on) sont persuadées qu'aucun homme n'a jamais mis les pieds sur notre satellite naturel et que la conquête de la Lune est une supercherie. Certains disent même qu'un célèbre metteur en scène américain a été chargé de tourner la plus grande escroquerie intellectuelle du siècle, du 20ème siècle.

 

Que tout cela ne vous empêche pas de dormir et encore moins de rêver !  Je vous attends ici même la semaine prochaine.

En attendant, j'ai quelques courses à faire du côté d'Andromède.

Bien à vous. Jonas.

08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/10/2009

La réalité dépasse la fiction !

Je suis heureux de vous retrouver chaque samedi matin. Depuis une quarantaine de semaines, je vous pose une question liée de près ou de loin à l'astronomie. Ah oui, pour ceux qui ne me connaîtaient pas, je m'appelle Jonas, le voyageur du cosmos (mais je suis aussi connu pour être le héros d'un jeu de société intitulé Jonas et le trou noir). Je ne vais donc pas faillir à l'usage. La colle du jour n'est pas vraiment difficile. Tous ceux qui étaient "scotchés" devant leur petit écran il y a quarante ans seront en mesure de répondre à la question. Tous les autres aussi d'ailleurs...

Quel est le premier homme qui a marché sur la Lune ?

 

a)  Michael Collins.

b)  Neil Alden Armstrong.
c)  Pavel Vinogradov.

 

Réponse à la question de la semaine dernière :  c) Isaac Newton, bien sûr

Qui connaît le nom de Newton ? Tout le monde sans doute ! Mais qui sait ce qu'il a réellement inventé ou découvert ? Et qui sait encore que notre vie quotidienne est étroitement associée à son nom ? Aussi bien, lorsque vous laissez tomber un verre, pourquoi diable évoquez-vous le mot de Cambronne ? Celui de Newton serait plus approprié...Il est en effet le père de la gravitation universelle, théorie qui permet d'appliquer les mêmes règles à l'ensemble de l'univers.

C'est Newton encore qui détermina pourquoi la Lune tourne autour de la Terre, la Terre autour du Soleil, etc. et pourquoi lorsque vous laissez tomber votre carton d'oeufs, vous ramassez une omelette... Isaac Newton est né en Angleterre. Il étudia et enseigna toute sa vie à Cambridge. Outre la gravitation universelle, on lui doit de nombreuses découvertes dans des domaines très divers. En physique, il s'intéressa à la décomposition de la lumière blanche. Inventeur du télescope qui porte son nom (il existe maintenant d'autres types de télescopes, mais le "newton" est toujours utilisé, notamment par les amateurs.), Newton est décidément un nom "incontournable" dans l'histoire des sciences.

 Allez, bonne semaine et à samedi prochain.

08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/10/2009

Un certain Bernard LYOT

Bonjour à tous ceux et celles qui me suivent depuis le début de mon aventure. Ceux qui prennent le train en marche sont également les bienvenus et j'espère qu'ils resteront fidèles jusqu'à la fin de l'année mondiale de l'astronomie...au moins. Pour la suite on verra ! Ah oui, pour les nouveaux arrivés, je m'appelle Jonas, voyageur du cosmos.

Le titre de ma note d'aujourd'hui devrait vous éclairer sur la réponse à la question de la semaine dernière mais avant de vous donner quelques détails, je vous propose une nouvelle colle, franchement pas bien "méchante". Voici :

Qui a découvert le principe de la gravitation universelle ?

  • a)

La réponse à la question de la semaine dernière : la réponse c) était la bonne : un coronographe est un appareil destiné à créer des éclipses de soleil artificielles. C'est un certain Bernard Lyot, de Lyon qui a conçu et réalisé cet appareil fort utile au demeurant étant donné que les éclipses de soleil ne sont pas si nombreuses que cela et qu'elles n'ont pas lieu toujours aux mêmes endroits ! Pour observer la couronne du Soleil - le nôtre - B. Lyot a pensé qu'il serait utile de pouvoir observer la couronne solaire à n'importe quel moment. Le coronographe n'est pas très vieux puisque son apparition date de 1930.

Et puisque nous parlons du Soleil, signalons en passant quelques renseignements intéressants mais non existentiels : la température interne du Soleil - au centre - est de l'ordre de 15 millions de degrés alors que la température de surface est d'environ 5500 degrés. Curieusement la température de la couronne - elle - remonte à un million de degrés sans que l'on sache bien expliquer le phénomène.

Merci de votre attention et à la semaine prochaine, si vous le voulez bien !

Jonas

 

08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/10/2009

Eppur, si muove !...

Bonjour à tous et à toutes ! C'est moi, Jonas, le voyageur du cosmos, qui vous rend visite chaque semaine pendant l'Année Mondiale de l'Astronomie. Le titre de ma petite note d'aujourd'hui devrait vous mettre sur la piste de la réponse à la question de la semaine dernière. Mais attendez un instant que je vous pose la question du jour. C'est un plus compliqué que d'habitude, je vous l'accorde. C'est un Français qui l'a imaginé et mis au point en 1930. Vous y êtes ?

Qu’est-ce qu’un “coronographe” ?
a)


08:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/10/2009

Bip Bip...

Il n'est peut-ête pas inutile de rappeler qu'il y a aujourd'hui 52 ans que le premier satellite artificiel était lancé par les Soviétiques et répondait au nom de "Spoutnik 1".

Cet exploit technique doublé d'une bonne dose de propagande politique - on était en pleine guerre froide - a marqué à la fois les esprits et le début de la conquête spatiale.

Alors que les enfants d'aujourd'hui trouvent banal de voir passer la station spatiale internationale au-dessus de leurs têtes, il est facile d'imaginer ce que représentait ce désormais fameux "Bip Bip" pour les citoyens qui n'avaient à leur disposition que la radio - la télévision n'était pas encore dans tous les foyers, car elle balbutiait - seulement douze petites années après la fin d'une guerre sanglante.

17:50 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/10/2009

109 fois la Terre, pardi !

Le titre de ma précédente note a dû vous paraître un poill sibyllin. C'est normal, j'ai fait exprès, je le confesse. Je vous demandais quel était le diamètre du Soleil. Il y avait trois chiffres proposés. Les chanceux auront trouvé la bonne réponse parcequ'ils sont chanceux ; ceux qui connaisssaient la réponse n'avaient rien à craindre et ceux qui aiment jouer mais qui ne sont pas chanceux se sont plantés. L'ordre des choses est respecté.

Quoi qu'il en soit, on peut vivre sans savoir combien mesure le diamètre du Soleil. J'en connais d'ailleurs qui sont beaucoup plus préoccupés par les prochaines élections que par le diamètre du Soleil...

Bon, je ne vous fais pas languir plus longemps ; la réponse est ci-dessous.

Mais avant et pour respecter ma manière hebdomadaire de procéder, je vous pose ma question "astro" ; Si vous ne répondez pas aujourd'hui, je pourrai vous accorder des circonstances atténuantes, mais pas plus. Vous serez condamné à continuer le jeu jusqu'à la fin de l'année.

Galilée est connu parce qu’il aurait dit, en parlant de la Terre :

a) « Et pourtant elle tourne...»
b) « Et pourtant elle ne bouge pas...»
c) « Et pourtant elle elle est plate...»

 

Réponse à la question de la semaine dernière : la bonne était b) 1.391.000 km, soit 109 fois le diamètre de la Terre. Juste en passant et pour que le Soleil ne reste pas une abstraction, je vous signale que notre astre de jour est composé de 75 % d'hygrogène et de 25 % d'hélium. Le "travail" du Soleil consiste à transformer l'hydrogène en hélium par fusion nucléaire. Et comme tout a une fin, notre Soleil a encore des réserves de carburant pour environ 4,5 milliards d'années. Après ? Pas la peine de vous inquiéter. Nous en reparlerons à ce moment-là.

Que je vous dise encore que notre Soleil est une étoile de petite taille et qu'il en existe de biens plus volumineux et massifs dans l'Univers.

 

26/09/2009

109 fois, mais 109 fois quoi ?

Hello, c'est Jonas le voyageur du cosmos. Hello parce que la semaine dernière je vous demandais ce qu'était un "quasar". Acronyme anglophone signifiant "QUAsi Stellar Astronomical Radiosource". En français "radiosource astronomique quasistellaire". Vous avez peut-être "séché" un peu plus que d'habitude. Même pas ? Alors bravo. Quoi qu'il en soit, il n'était pas interdit de consulter un dictionnaire ou un site sur la toile.

 

Aujourd'hui, je reviens dans le système solaire et je vous propose de me donner une réponse en un chiffre :

 

Quel est le diamètre du Soleil ?

 

a) 821.000 km.
b) 1.391.000 km.
c) 1.221.000 km.

 

Réponse à la question de la semaine dernière : réponse b) Astre d'apparence stellaire de très grande luminosité. Ce sont des objets de dimensions "modestes" - de l'ordre de 1/100 de diamètre d'une galaxie - mais dont la luminosité est considérable, estimée à celle qu'auraient 100 à 1000 galaxies ! Ce sont des objets très lointains et dont la découverte est assez récente puisqu'elle remonte à 1960. Le quasar le plus lointain découvert se situe entre 12 et 16 milliards d'années-lumière. En Km ? heu !...Une année-lumière, en gros c'est 10.000 milliards de km.

 

Bon si ça vous chauffe trop les neurones, pas de panique. C'est samedi. Je vous recommande un petit apéro. Un petit coup de blanc. Pourquoi pas un Sauvignon gris ?