Science - Page 3

  • Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose !...

    Imprimer

    En ce samedi de Pâques, je vous propose un nom - "unité" - et un adjectif - "astronomique". Deux mots donc qui n'ont rien de savant. Mis ensemble, quand astronomique qualifie l'unité, le groupe prend un sens tout à fait particulier.

    Unité astronomique

    Il s'agit du rayon moyen de l'orbite terrestre autour du Soleil - soit un peu moins de 150 millions de km. mais c'est ce dernier chiffre qui est utilisé par souci de simplification. Cette unité astronomique (U.A. ou A.U en anglais) est utilisée pour parler des distances dans le système solaire. La Terre est donc à une unité astronomique du Soleil.

    Excellent week-end pascal à toutes et tous.

    Lien permanent Catégories : Culture, Science 2 commentaires
  • Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose !...

    Imprimer

    Et si l'on parlait de Newton mais en tant que nom commun en ce samedi ? Vous en trouverez une définition ci-dessous. Je ne vous garantis pas qu'elle vous servira régulièrement dans vos activités quotidiennes, mais ça ne peut pas faire de mal d'apprendre quelque chose de nouveau !

    Excellent week-end à tous.

    Newton (système optique)

    Il s'agit d'un procédé optique dans lequel les rayons lumineux vont frapper un miroir primaire et qui sont ensuite renvoyés sur un miroir secondaire placé à 45° par rapport aux rayons. L'oculaire se trouve non pas derrière le tube comme dans le système Cassegrain, mais le long du tube. Les télescopes de type Newton sont généralement utilisés par les astronomes débutants, car ils offrent un bon rapport qualité-prix. Comme son nom l'indique, c'est Isaac Newton, le père de la gravitation universelle qui inventa cette combinaison.

    Lien permanent Catégories : Science 0 commentaire
  • Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose !...

    Imprimer

    Je ne sais pas si la Lune gibbeuse de la semaine dernière vous a inspiré. En tous les cas, jeudi soir, vers 22h., elle était belle à regarder au-dessus du Jura avec sa lumière cendrée. Savez-vous qu'une simple paire de jumelles permet déjà d'apercevoir des détails intéressants sur notre satellite ?

    En ce samedi qui va ressembler presque à un samedi de juin, je vous propose un autre mot :

    Cosmologie :

    Dans le sens le plus large, la cosmologie concerne à la fois la physique, l'astronomie et la philosophie. Il s'agit de l'étude de la structure, de l'origine et de l'évolution de l'univers pris dans son ensemble.

    Excellent week-end à tous qui passeront sur le présent-blog !

    Lien permanent Catégories : Science 1 commentaire
  • Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose !...

    Imprimer

    Bon, d'accord, je suis un peu en retard ce matin. Mais je ne vous oublie pas pour autant...et je vous propose une petite définition qui devrait, je l'espère, vous apprendre ce qu'est une Lune gibbeuse.

    Lune gibbeuse

    On dit que la Lune est gibbeuse lorsque sa surface éclairée par le Soleil occupe plus de la moitié du disque. La Lune est donc gibbeuse entre le premier quartier et la pleine Lune et entre la pleine Lune et le dernier quartier.

    Excellent week-end à tous !

    Lien permanent Catégories : Science 1 commentaire
  • Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose !...

    Imprimer

    Bon sang que les semaines sont courtes. C'est de nouveau samedi. Je n'ai pas d'autre choix que de vous offrir une nouvelle définition.

    Alors voilà pour aujourd'hui :

    Vitesse de libération :

    Il s'agit de la vitesse théorique qu'un corps doit atteindre afin de pouvoir quitter définitivement l'attraction d'une planète. En effet la force de gravitation d'une planète a pour effet de faire retomber à sa surface tout objet lancé en l'air !
     
    En ce qui concerne la Terre, il faut imprimer à un objet une vitesse de 11,2 km./s. pour qu'il puisse se libérer de la gravitation terrestre. Cette vitesse, que l'on appelle aussi vitesse cosmique n'est pas la même selon que l'on veut lancer un objet pour le satelliser autour de la Terre, pour l'envoyer "visiter" d'autres planètes ou pour quitter définitivement le système solaire.

    Excellente semaine à tous ceux qui me font le plaisir d'une petite visite !

    Lien permanent Catégories : Science 0 commentaire
  • Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose !

    Imprimer

    L'astronomie, comme la plupart sinon toutes les sciences a son jargon. C'est la raison pour laquelle on rencontre des mots parfois un peu bizarres mais qui tous recouvrent des notions qui ne sont pas toujours aussi compliquées que le nom le laisse supposer !

    Allons-y aujourd'hui pour une "supernova".

    Une supernova est une étoile très massive qui arrive au bout de son évolution naturelle et qui va exploser. Son éclat se met alors à augmenter considérablement jusqu'à pouvoir être visible en plein jour. L'explosion de supernovae est un phénomène rare (en moyenne 3 supernovae par siècle dans une galaxie !)

    A la semaine prochaine.

    Lien permanent Catégories : Science 0 commentaire
  • Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose !

    Imprimer

    Nous avons vu il y a quelques semaines la définition du mot "quasar". Aujourd'hui, nous avons encore un mot - un acronyme plutôt - qui se termine en "ar" : le pulsar.

    En connaissez-vous l'origine et la définition ?

    Pulsar :

    Ce mot qui nous vient de l'anglais "Pulsating Star" correspond à des objets célestes - presque tous situés dans notre galaxie - qui émettent un rayonnement électromagnétique (généralement des ondes radio) d'une très grande régularité. Si la "pulsation" est si régulière, c'est que l'on a probablement affaire à des étoiles extrêmement massives, de style "étoile à neutrons". Une étoile à neutrons a une masse équivalant approximativement à celle du Soleil, pour un diamètre d'environ 10 kilomètres seulement.

    Petit rappel : le Soleil a, lui, un diamètre de 1.391.000 km

    Lien permanent Catégories : Science 0 commentaire
  • Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose !

    Imprimer

    Continuons notre petit tour parsemé de quelques définitions liées aux astres. Ceux de l'astronomie et non pas ceux de l'astrologie, même si dans un passé lointain, astronomie et astrologie étaient cousines proches.

    Aujourd'hui un mot que la grammaire française ne renierait pas : Conjonction.

    En astronomie, elle n'est ni de coordination ni de subordination !

    On parle de conjonction lorsque deux ou plusieurs astres ont la même longitude géocentrique ou même ascension droite. Les astres en conjonction sont observables dans la même région du ciel. En termes moins savants, une conjonction signifie que l'on voit dans le ciel - par exemple la Lune et deux planètes, deux ou trois objets du système solaire très proches - visuellement - les uns des autres.

    Lien permanent Catégories : Science 0 commentaire
  • Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose !

    Imprimer

    Nous approchons de la fin du mois (Un sixième de l'année s'est déjà évaporé...) et je vous offre aujourd'hui une "énigme" en trois lettres : NGC.

    Comme en (g)astronomie il existe le Gault Millau, le Michelin, le Bottin gourmand, etc., etc., il existe en astronomie divers catalogues. Un des plus connus par les astronomes amateurs et le catalogue de Messier qui compte un peu plus d'une centaine d'objets qui vont de M1 à M103.

    Mais NGC ?

    NGC est le sigle de New General Catalogue répertoriant le catalogue des galaxies, des nébuleuses et des amas stellaires. Il fut publié en 1888 par Johan Ludvig Emil DREYER, astronome danois. NGC suivi d'un numéro répertorie ainsi les objets contenus dans le catalogue. Il contenait 7800 objets au départ et fut complété en 1895 et 1908 pour arriver à 15.000 objets. Pour chaque objet, le catalogue donne la position.

    Lien permanent Catégories : Science 0 commentaire
  • Cultivons-nous, il en restera toujours quelques chose.

    Imprimer

    Oui, je sais, les définitions que je vous propose chaque samedi, ne vont pas changer la face du monde. Et face au Mammouth - comme aime l'appeler Pascal Décaillet - il n'entre pas dans mes intentions de concurrencer la RTS et ses délicieuses séries américaines qui vous coûtent quand même presque 500 francs par an...Bref.

    Ainsi donc en ce samedi je m'aventure chez les anglophones et anglophiles : Redshift. La traduction est entre parenthèses.

     

    Redshift (décalage vers le rouge) :
     
    Lorsque le spectre de la lumière reçue d'une source est décalé vers le rouge, cela signifie que la dite source s'éloigne de l'observateur. Au contraire lorsque le spectre est décalé vers le bleu, la source lumineuse s'approche de l'observateur. On parle alors d'effet Doppler-Fizeau. La fréquence (son ou lumière) de l'objet en mouvement paraît se modifier selon qu'il s'éloigne ou s'approche de l'observateur. Il est facile de ressentir l'effet de Doppler-Fizeau : tout le monde a déjà remarqué que la sirène d'un train ou d'une ambulance produit un son qui a tendance a devenir plus aigu lorsque le train ou l'ambulance s'approche et à devenir plus grave lorsqu'ils s'éloignent de l'observateur. Ainsi donc, plus une galaxie produit un "son grave", c'est-à-dire un décalage vers le rouge et plus elle s'éloigne de nous et plus elle est loin de nous et plus elle s'éloigne vite !
    Lien permanent Catégories : Science 0 commentaire