17/06/2015

Imagine...

En Corse, Les institutrices qui ont cru bon de faire chanter des enfants en corse, en français, en anglais et aussi en arabe n'ont pas imaginé une seconde que leur initiative allait provoquer la colère de certains parents. Le français, en Corse, ça se conçoit. L'anglais tout autant, le corse évidemment et l'espagnol pourquoi pas ! Mais l'arabe, franchement, de quel droit ? Ca mérite bien quelques tags haineux et des menaces de mort envers le personnel enseignant. La justice s'en mêle, ce qui est bien la moindre des choses.

Ainsi donc la France défile sur les avenues de Paris à la suite du massacre de Charlie Hebdo, toute certaine qu'elle est que l'islam est responsable de la tuerie. Mais comme cela ne suffit pas, il faut dès lors incriminer aussi la langue arabe qui ne peut être que l'idiome de criminels alors même qu'on la parlait avant la naissance du prophète.

Il y a de quoi s'inquiéter sérieusement de la xénophobie. Que des adultes s'attaquent à une manifestation enfantine (annulée depuis les menaces) montret à quel point il faut peu de choses pour allumer ou réactiver des foyers qui puent la pourriture brune.

Tout ça à cause d'un tube de John Lennon - Imagine. Un titre qui aurait pourtant dû permettre aux Corses xénophobes d'imaginer que l'existence pouvait aussi se concevoir avec la langue arabe et toutes les autres.

Il y a trop de gens qui n'imaginent pas. Ils condamnent seulement. Et les enfants la-dedans ?

17/03/2015

Petit abécédaire. Aujourd'hui w comme wassingue

En ces jours de francophonie, il n'est sans doute pas inutile de rappeler à nos compatriotes francophones qu'il parlent un français issu du franco-provençal et qu'il n'y a pas à rougir d'employer certains mots que quelques "élites" françaises considèrent (Aujourd'hui encore ?) comme, disons, pittoresques.

Longtemps le Suisse romand s'est fait remarqué - cela perdure encore - par son nonante. On n'ose même pas parler du huitante...

Mais la France étant ce qu'elle est, soit un assemblage de régions diverses aux parlers divers, elle nous apporte quelques régionalismes savoureux. Ainsi en est-il du mot qui sert de support au présent texte. Qu'est-ce qu'une wassingue ?

Pour les "élites" qui n'on pas eu le bonheur d'habiter en province, ce mot de wassingue aura des accents inconnus et une signification tout aussi inconnue ! Pour tous les autres, ils y auront probablement reconnu un objet bien de chez nous qu'un appelle panosse ! Oui vous savez, ce que le petit Larousse nomme une serpillière. Vous n'avez jamais imaginé, comme moi, qu'en utilisant une panosse ou une wassingue (en usage dans le nord de la France), vos carreaux de sol seraient mieux traités qu'avec une serpillière. C'est tellement commun une serpillière, tandis qu'une wassingue ou une panosse...Voilà pour les travaux ménagers.

Si vous passez maintenant au jardin, au potager, vous allez vous régaler, la saison n'est pas encore finie, de rampon. Moi qui croyais que vocable était universel, j'ai dû déchanter. Un excellent bouquin écrit par Mme Henriette Walter, intitulé "le français d'ici, de là, de là-bas" parue aux  Ed.JC Lattès, 1998 ravira ceux qui aiment le français et ceux qui croient le connaître. Mais revenons à nos salades. Le rampon, donc, n'est pas aussi universel que je l'imaginais. Oh que non ! Mme Walter a dénombré plus de vingt termes pour cette salade répondant au doux nom latin de Valerianella olitoria. On ne résiste pas au plaisir de vous les citer tous :

mâche, blanchette, boursette, broussette, clairette, clairiette, doucette, graissotte, laitue à lièvres, laitue de berbis, levrette, nüsslisalat (ça, vous savez d'où ça vient !), oreillette, orillette, orillotte, pomâche, pommette, rampon (oui, quand même), ramponnet, salade aux lièvres, salade d'hiver, salade de berbis, salade de blé, salade de brebis, salade de chanoine, salade de levrette.

Au vu de ce qui précède, je suis conforté dans ma vision du ménage : le sol devient nettement plus propre avec une panosse qu'avec une serpillière tellement commune ! Et comme dans trois jours le printemps sera arrivé, il sera grand temps de vous préparer une salade de dent-de-lion, avec des œufs et des lardons. Personnellement je n'aime pas, c'est trop amer à mon goût. Mais tout le monde me dit, dans nos contrées romandes que la salade de dent-de-lion est très nettement plus goûteuse que celle de pissenlit. Vous savez, ces fleurs jaunes très communes dans nos prés...

Enfin, pour être très proches des Normands, je puis vous révéler une expression, du côté de la Basse Normandie, qui me réjouit : Le jour de la St-Sylvestre, alors que l'An nouveau approche à grands pas, ils vous disent sans broncher "qu'ils vont guetter les bouts d'ans !" C'est pas beau le français ?

11/11/2012

Un problème de vocabulaire ?

On ne peut plus ouvrir un journal ni écouter une radio sans que la question du mariage des homosexuels soit évoquée. Il faut d'ailleurs faire attention de ne pas sortir du politiquement correct : s'opposer au mariage de personnes du même sexe relèvera bientôt du code pénal ! Tant pis j'en prends le risque. Je ne suis pas favorable au mariage de personnes du même sexe non pas pour des questions éthiques ou religieuses, mais uniquement pour des questions de vocabulaire : on ne marie pas des gens et des choses de même nature. Le maître d'hôtel vous conseillera un mariage entre un vin et un plat ; l'oenologue vous dira qu'on ne marie pas les vins entre eux, mais qu'on les assemble.

Alors de grâce, cessons de parler de mariage. Personne - en tous cas pas moi - ne dénie aux homosexuels le droit de vivre en couple. Il convient de trouver une formulation particlière pour ce qui, malgré tout, reste une situation particulière ou tout au moins différente.

J'avoue avoir de la peine à comprendre pourquoi les homosexuels qui réclament le droit à la différence donnent tant de la voix pour être coulés dans le même moule juridique que les hétérosexuels. Il y aura sans doute quelqu'un pour me l'expliquer.

 

14:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

17/12/2011

Sodade...

PC170385.JPGCesara Evora, monument de la musique capverdienne, nous a quittés. Elle restera dans les mémoires comme la diva aux pieds nus, mais aussi et surtout comme une voix d'une extraordinaire justesse.

Il y a quelques années, elle avait enflammé le Victoria Hall.

La voix s'est éteinte, le souvenir demeurera.

18:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

11/05/2011

La comédie de Bertrand Cantat

Voilà que reviennent encore et encore la hargne et la vengeance contre Cantat. Au fond il a payé. mais pas assez cher. Et même si on l'avait guillotiné - avant que R. Badinter mette fin à ce triste simulâcre de justice - il y en aurait pour demander qu'on lui coupe le coup encore une fois.

Mais à quoi servirait donc la justice si elle n'était que le bras exterminateur d'une population vengeresse ? Je n'ai jamais été fan de B. Cantant, pas plus d'ailleurs que de M. Trintignant. Cette histoire d'amour passionnel qui finit dans le drame et le sang ne peut pas se résumer à un article du code pénal et un nombre d'années de détention pour le "qualifier". On doit avoir de la compassion pour les parents de Marie Trintignant et l'abominable sort qui a été réservé à leur fille. On peut tout aussi bien avoir de la compassion pour la famille de B. Cantat.

Quant à l'acteur de drame, pourquoi vouloir l'empêcher de faire son métier, probablement le seul qu'il sache faire correctement : écrire et jouer de la musique. Lorsqu'un mécanicien "trucide" sa maîtresse, a-t-on jamais eu l'idée de l'empêcher - à sa sortie de pénitencier - d'exercer son métier ?

Il est vrai qu'en s'acharnant sur un ou  une "repris(e) de justice" (le terme est éloquent !), la population vengeresse a le doux et réconfortant sentiment d'être du bon côté de la justice parce qu'elle ignore tout de son avenir...

23/04/2011

Cultivons-nous, il en restera toujours quelque chose !...

En ce samedi de Pâques, je vous propose un nom - "unité" - et un adjectif - "astronomique". Deux mots donc qui n'ont rien de savant. Mis ensemble, quand astronomique qualifie l'unité, le groupe prend un sens tout à fait particulier.

Unité astronomique

Il s'agit du rayon moyen de l'orbite terrestre autour du Soleil - soit un peu moins de 150 millions de km. mais c'est ce dernier chiffre qui est utilisé par souci de simplification. Cette unité astronomique (U.A. ou A.U en anglais) est utilisée pour parler des distances dans le système solaire. La Terre est donc à une unité astronomique du Soleil.

Excellent week-end pascal à toutes et tous.

18/12/2010

Un jeu de société ? Pourquoi pas !

Pour tous ceux qui chercheraient un jeu de société pour toute la famille, un jeu à la fois ludique et éducatif, il en existe un qui est édité à Genève et qui s'appelle JONAS ET LE TROU NOIR.

Edité et fabriqué à Genève par les Editons de l'Espace, ce jeu ravira tous les joueurs qui rêvent d'espace, d'astronomie et de culture générale. Ce jeu dispose du logo de l'Association française d'Astronomie et d'un commentaire élogieux de M. Gilbert BURKI, ancien directeur de l'observatoire de Genève.

Jeu de l'oie astronomique, JONAS ET LE TROU NOIR dispose de deux règles du jeu : une pour les très jeunes enfants et une autre, plus élaborée pour les (pré)adolescents et les adultes. De biens belles parties en perspective !

Vous n'êtes pas spécialistes en astronomie, cela n'a pas d'importance. Avec ce jeu, vous pourriez le devenir...

Prix attractif pour les fêtes : CHF 44,00 (port et emballage gratuit) ; pris sur place : CHF 38,00 

Pour commander, un mail à l'adresse suivante : cours-mms@sunrise.ch avec vos noms et adresse. Envoyé immédiatement contre facture.

jeu_jonas.gif

www.editionsespace.com

27/09/2010

Pontifier : parler avec emphase, avec prétention

Il m'arrive, comme beaucoup d'autres, d'aller jeter un coup d'oeil sur le blog de Pascal Décaillet. En fait je ne sais pas bien pourquoi car chacun de ses billets est une source d'agacement. Il faut dire que le sieur Décaillet n'a pas son pareil pour nous inonder de ses connaissances livresques. Du haut de sa gloriette, il sait, il l'écrit. Et ne vous avisez pas à le contredire : il n'aime pas du tout. Je vous demande aussi si vous avez remarqué : notre journaliste voit le monde en noir et blanc ; les couleurs, c'est vulgaire. Noir et blanc donc, lui étant toujours dans le blanc, l'immaculé. Ce qui revient à penser que si vous n'êtes pas d'acoord avec lui, vous êtes contre lui. Antonio Hodgers, un Vert, donne un avis, aussitôt Décaillet l'attaque. Je vous le disais, Décaillet n'aime pas les couleurs, en l'occurrence le vert. Il n'aime pas le rose ni le rouge non plus. Il se plaît à crucifier ou ensencer les personnages qui ont le malheur ou la chance d'être pris dans l'encre sa plume arrogante ou dithyrambique. Un journaliste, Décaillet ? Un polémiste, Décaillet ? J'hésite. Mais ce qui est certain - j'en ai peur - c'est cette soif inextinguible de reconnaissance, cette manie de rejeter sur les autres ses propres excès de pensée. Navrant.

Décaillet, un peu plus de modestie vous siérait davantage.

17/09/2010

Planétarium !

Si l'univers vous "branche" et que vous souhaitez le découvrir un peu, notez dans votre agenda la semaine du 4 au 10 octobre prochain

A Divonne-les-Bains, plus précisément à l'Esplanade du Lac, le Club astronomique M51 associé à la Médiathèque de la ville organise une semaine d'animations, avec notamment la venue d'un planétarium itinérant en provenance de Lyon.

On peut réserver sa ou ses places par courriel ou par téléphone après avoir consulté le programme ici : www.m51.asso.cc-pays-de-gex.fr  Vous trouverez un lien sur la page d'accueil.

Cette semaine est destinée aussi bien aux écoles qu'au grand public et les prix, presque symboliques, devraient encourager un maximum de curieux du ciel à se rendre à Divonne-les-Bains.

Vous êtes très cordialement invités à vous y rendre !

25/10/2009

Effet de mode ?

Je sais que mon propos ne va pas intéresser beaucoup de monde mais pour avoir enseigné le français aux non-francophones, il y a un certain nombre de points qui me semblent importants ; depuis quelques temps, je lis, j'entends à la télevision et à la radio les journalistes utiliser à tout propos le "substantif" fondamental, la plupart du temps au pluriel "les fondamentaux". J'ai cherché partout et aucun dictionnaire n'a été en mesure de me donner une réponse.

Dès lors je suppose qu'il s'agit d'une "fantaisie" qui ne repose sur rien et qui consisite à faire croire au citoyen lambda - comme on dit aujourd'hui - qu'on est plus intelligent que lui dès le moment qu'on emploie des mots inhabituels...et incorrects !

Le pire, c'est que les personnes qui utilisent simplement les mots "base"  ou "fondement" à la place de "fondamental" vont sans doute être considérés comme des attardés qui ne suivent pas la mode. Tant pis pour la mode !