Genève

  • Conspiration ?

    Imprimer

    On peut penser ce qu'on veut de l'endurance politique de Pierre Maudet et de sa capacité à surmonter toutes les critiques, on peut regretter son manque de cohérence par rapport aux faits, on peut apprécier cette espèce de naïveté qui consiste à dire - comme le fit une ministre française de la santé - responsable mais pas coupable, on peut déplorer la lenteur du ministre à s'éclipser, on peut s'amuser de ce qu'un conseiller d'Etat "règne" sur...vingt collaborateurs, on peut craindre une cohabitation difficile, on peut espérer la fin du grand déballage, on peut souhaiter un ministère public moins disert et plus discret, on peut avoir de l'empathie pour la famille de Pierre Maudet, on peut condamner toutes les hyènes qui hurlent à la démission, on peut aussi approuver ceux qui changent d'avis selon le direction du vent.

    Bref dans cette (bien triste) affaire, tout paraît possible. Et de quelque côté que l'on se place, on n'est plus à une vacherie près. Alors pour couronner le dernier en date des actes du feuilleton, cinq conseillers d'Etat se réunissent en secret (de polichinelle) en excluant comme une pestiférée une sixième ministre qui a le malheur d'appartenir au mauvais parti. Quelle délicatesse envers une collègue qui a sûrement beaucoup apprécié la manœuvre !

    Mais qu'a-t-il pu bien se passer dans la tête de ce gouvernement pour en arriver à un comportement aussi sot. Puisque M. Hodgers est l'actuel président de ce collège amputé, il paraît assez normal de lui attribuer la paternité de cette blague politique. Le seul problème, c'est qu'elle ne fait rire personne.

    Je ferai volontiers amende honorable si tout ce qui précède n'était que le fruit d'une imagination qui confondrait une vraie "Genferei" avec une mauvaise farce politique.

    Finalement Luc Barthassat n'est peut-être par mécontent de ne pas avoir été réélu...

     

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique, Suisse 1 commentaire
  • Ah, la barbe...

    Imprimer

    J'ai eu dans le passé un professeur de physique - Jean Juge, bien connu des alpinistes - qui prétendait que si tous les hommes se laissaient pousser la barbe, notre Terre en ressentirait les effets, à savoir qu'elle tournerait plus vite. n'étant moi-même pas devenu physicien, je ne vais chercher à vous convaincre ni de la véracité ni de l'incohérence de la pensée d'un professeur par ailleurs décédé en 1978 dans la face nord du Cervin, de froid et d'épuisement.

    En revanche, à constater le nombre de politiciens qui se laissent - élégamment ? - pousser une barbe de trois jours, je ne sais toujours pas si la Terre tourne plus vite tout comme je m'interroge de savoir si elle tourne mieux.

    C'est à se demander s'il existe véritablement une corrélation entre vitesse et qualité. Si c'est le cas, on ne peut qu'encourager tous nos édiles à se laisser pousser non pas une barbe de trois jours, mais plutôt de garder une de ces barbes jamais coupées, mais juste entretenues.

    Apparemment ce sera la seule solution pour accélérer la construction d'une traversée de la Rade et de logements à prix abordables à moins que le lobby des raseurs fasse à nouveau des ravages. Allez savoir.

     

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire
  • Les Genevois fidèles à leur habitudes

    Imprimer

    L'annonce de Pierre Maudet de se porter candidat à la candidature en vue du remplacement de Didier Burkhalter au Conseil fédéral commence déjà à échauffer les esprits à Genève, à peine annoncée.

    Etre le contemporain d'Emmanuel Macron ne va évidemment pas lui faciliter la tâche. Si jeune, si autoritaire, si tout et tout, comment voulez-vous en faire un Conseiller fédéral ? Sans oublier l'ensemble de la classe politique genevoise qui ne va pas manquer d’interpréter la grande scène du village d'Astérix, incapable qu'elle est de ne se jamais mettre d'accord sur un nom...

    Même le candidat  Maudet ne semble pas trop y croire ! Mais quand même, poussé par une ambition qui n'a rien à envier à celle de tant d'autres, le sieur Maudet ne peut pas ne pas avoir en point de mire cette parcelle d'autorité qui sied à toute ambition. Mais comme disait Joubert "l'ambition, c'est comme les échasses, ça peut hausser un homme, ça ne le grandit pas."

    Quant aux pauvres Tessinois (qui s'y prennent peut-être un peu mal) toute la Suisse compatit, avec peut-être ici et là quelques larmes de crocodile...

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique, Suisse 0 commentaire
  • Jalousie ou justice sociale ?

    Imprimer

    Il paraît qu'il faut punir les frontaliers - toutes nationalités confondues - parce qu'ils font leur beurre en déduisant des frais de transport que l'Etat de Genève les autorise à déduire ! Personnellement je m'en bas le beurre, je ne suis plus concerné bien que suisse frontalier depuis plus de 30 ans ! Mais je viens quand même de voter "non" à ce qui s'apparente davantage à du racket étatique quà de la justice sociale. Et en même temps en réclamant la fin de ces pratiques scandaleuses qui visent à favoriser - rendez-vous compte - les frontaliers, ces horribles profiteurs, on brosse le dos du MCG dans le sens du poil.

    Ainsi donc, ce qui au départ devait être une affaire purement fiscale se transforme tout naturellement en foire d'empoigne anti frontalière ! Une de plus. Je parierais même que certains Genevois qui ne sont pas concernés par la question vont s'empresser de voter "oui" juste pour emm..der les frontaliers. Alors justice sociale ou jalousie idiote ?

    On comprend dès lors mieux pourquoi il est si difficile de construire l'Europe...

     

    Dans le même ordre d'idées, je m'interroge sur les motivations du Conseil fédéral demandant le rejet de l'initiative "AVS Plus" arguant principalement le manque de moyens financiers...en passant comme chat sur braise le fait qu'une augmentation minime des primes de 0,4 % suffirait à équilibrer les comptes. Le gouvernement n'est pas si regardant quand il s'agit d'augmenter la TVA en oubliant de préciser que la TVA justement est une taxe et qu'elle grève sans distinction le revenu de tous quels que soient leurs moyens !

    La Suisse se porte plutôt bien, quand bien même on nous rebat les oreilles avec le "franc fort", les exportations ne vont pas mal non plus et le chômage, en comparaison européenne, fait pâlir d'envie nos voisins. Tout citoyen qui suit un peu l'évolution économique et politique de la Suisse devrait savoir que la TVA sera pour longtemps encore la vache à lait à traire chaque fois que des fonds seront nécessaires. Technique du saucissonnage oblige !

    Alors que voit-on avec l'augmentation des rentes vouées aux gémonies par une grande partie de la classe politique ? Elle a trouvé des alliés de circonstance dans la jeunesse à qui l'on veut faire croire qu'elle va être le dindon de la farce et que ses rentes, arrivée à l'âge de la retraite pourraient être juste "peanuts".

    Quant à l'économie, le simple fait de parler d’augmentation des primes AVS, quel qu'en soit le pourcentage d'ailleurs, lui hérisse le poil. Alors ? Justice sociale ou jalousie idiote. Ni l'une ni l'autre en l'occurrence. C'est juste le principe de la solidarité qui en prend un sacré coup !

    Et vous avez remarqué ? Quand chaque année les nouvelles primes maladie sont annoncées, l'économie s'en bat l'oeil, ça ne lui coûte rien...

    Lien permanent Catégories : France, Genève 2 commentaires
  • On parie combien ?...

    Imprimer

    Réformer l’Homme ou l’Islam?

    Par le Professeur Mostafa BRAHAMI

     

    Conférence proposée par le centre islamique de Genève, relayée par M. Ramadan, il est à craindre que ce soit l'homme qui doit être réformé puisque l'islam, via le Coran, est la transcription des paroles d'Allah, qui évidemment ne se discutent pas !

    Avec cet Allah-là, c'est l'hallali du peuple.

     

    Et si par extraordinaire la réponse à la question était oui, il faut réformer l'islam, on se demandera sincèrement pourquoi M. Ramadan cautionne un réformateur. Ce serait réellement nouveau.

    Lien permanent Catégories : Genève, Spiritualités, Suisse 4 commentaires
  • Basses eaux !

    Imprimer

    En promenade du côté de Préverenges, je constate ce qui me paraît être un niveau anormalement bas du Léman. De minuscules ports....sans eau, des bancs de sable qui s'étirent comme au bord de l'océan à marée basse. Que se passe-t-il ?

    Renseignements pris sur la site de l'Etat de Genève, on y apprend que le niveau du Lac Léman est régulé par le barrage du Seujet. De juin à décembre, le niveau du lac est contenu entre 372,15 et 372,30 m. De mi-mars - mi-avril, il oscille entre 471,60 et 371,75 m. Enfin, toutes les années bissextiles le niveau descend encore de quelques centimètres pour s’établir entre 371,45 et 371,60 m. Mais pour quelles raisons ? Simplement pour permettre de réaliser les travaux nécessaires à l'entretien des installations riveraines.

    Les niveaux actuels du Lac Léman résulte d'un accord international passé en 1884 déjà à la suite d'un long conflit entre le canton de Genève, accusé de faire monter le niveau du lac et les cantons de Vaud et du Valais régulièrement victimes de hautes eaux, provoquées notamment par la fonte des neiges. Au fil des décennies les inondations devinrent, semble-t-il, de plus en plus fréquentes. L'affaire fut portée devant le Tribunal fédéral dès 1877 pour finalement se terminer par l'accord de 1884 qui mit définitivement fin au problème.

    Tout cela pour dire que selon les endroits, le Léman prend des airs d'océan, mais ses marées sont régulées non par la Lune mais par le barrage su Seujet. C'est moins poétique mais plus efficace !

    (on trouve de nombreux sites, notamment Wikipédia, traitant de ce sujet)

     

    P3260015.JPGP3260004.JPG

     

     

    Lien permanent Catégories : Genève, Histoire, Suisse 2 commentaires
  • 9 novembre 1932 : plus jamais ça...

    Imprimer

    J'ai eu la naïveté de croire qu'en ce jour anniversaire, la presse se ferait l'écho, même modestement, des événements qui ont secoué Genève en 1932. On dirait que l'armée qui tire sur les civils et tue 13 civils n'est qu'un épisode dont l'intérêt est limité. Même, semble-t-il, le GSSA ne réagit pas à la fusillade ! C'est dire si la tragique boucherie du 9.11.1932 n'intéresse plus grand monde. Enseigne-t-on dans les écoles genevoises ce qui s'est passé ce jour-là ?

    En érigeant un mini-mémorial sur la plaine de Plainpalais, on a probablement cru que cela suffisait à s'affranchir de la nécessité de se souvenir justement. 

    Plus jamais ça ? Franchement, j'aimerais bien y croire. Je reste néanmoins avec mes doutes et mes interrogations.

    Lien permanent Catégories : Genève, Suisse 1 commentaire
  • Calme plat

    Imprimer

    Je viens de recevoir - comme Suisse de l'étranger - mon matériel pour les élections fédérales. Entre les slogans partisans d'une rare indigence intellectuelle et le silence assourdissant des candidats qui n'ont à peu près rien à proposer, je m'interroge sur la nécessité d'établir un bulletin de vote.

    Pris en tenaille entre mon droit et mon devoir de voter et mon incapacité à choisir onze noms issus du brouhaha silencieux de la campagne genevoise, j'ignore encore qui figurera sur mon bulletin. Il faudra pourtant bien que je m'y attelle car la démocratie - dit-on - ne s'use que si l'on ne s'en sert pas.

    Tout cela m'ennuie un peu car la cuisine électorale - un peu indigeste - semble consister surtout à faire ingurgiter à l'électeur des recettes nouvelles. Mais quand l'assiette arrive sur la table, ce n'est pas vraiment ce qu'on attendait. Et même si le peuple a toujours raison (Encore un slogan), ajouter du sel et du poivre sur l'assiette servie va juste permettre de masquer une catastrophe culinaire...

    Faut-il pour autant se mettre au régime ? Sûrement pas ! On pourrait envisager un changement de cuisinier ? A condition de changer un peu les recettes.

     

     

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 0 commentaire
  • Quand on frise le code (bis)

    Imprimer

    Je ne comprends décidément pas pourquoi certains blogueurs se permettent soit de ne pas ouvrir les commentaires soit de censurer ceux qui ne leur plaisent pas tout en invoquant la liberté d’expression !

    Peur d'avoir à argumenter ? Ou incapacité à argumenter ?

    M. Laurent Leisi, auteur du blog "résistant citoyen" vient de me censurer parce que j’ai eu le malheur, semble-t-il, de poster le commentaire suivant en complément de son long article relatif à Coudenhove-Kalergi :

    "En éliminant d’abord la démocratie, à savoir le pouvoir du peuple, et ensuite le peuple lui-même avec le métissage, les Blancs devaient être remplacés par une race métissée facile à dominer."

    Qui voudra bien m'expliquer en quoi une race métissée (sic) serait plus facile à dominer que la race blanche.
    En réalité l'affirmation essaie de nous faire croire que le métissage issu du blanc et d'autres couleurs ne peut être à terme que fatal à la couleur blanche.

    Il paraît que dans les années trente ce genre de discours a fait fureur. Avec les résultats que l'on sait. 

     

    Lien permanent Catégories : Genève, Solidarité, Suisse 2 commentaires
  • Quand on frise le code

    Imprimer

    En parcourant sans but précis les blogs je tombe par hasard sur celui de M. Laurent Leisi, conseiller municipal MCG de la ville de Genève.

    Son commentaire et son "copier-coller" consacré à Coudenhove-Kalergi fait frémir. On peut avoir son avis sur l'iimigration dite de masse, on peut vouloir protéger son pays contre les hordes d'émigrés, on peut vouloir mettre les frontaliers dehors parce qu'ils prennent le travail des autochtones, mais a-t-on vraiment le droit d'écrire ou de cautionner ce qui suit :

    En ces temps, il est plus que jamais nécessaire de réagir aux mensonges du Système, de réveiller l’esprit de rébellion chez les Européens. Il va falloir mettre sous les yeux de tous que l’intégration [de l’immigration de masse] équivaut à un génocide.

     

     

    Lien permanent Catégories : Genève, Suisse 1 commentaire