24/05/2013

Un livre à offrir ou à s'offrir !

Précisément paru le 15 avril dernier aux éditions Cabédita, "Si Genève m'était contée, légendes et musique" devrait combler tous les amateurs de légendes et contes liés à notre canton. Il plaira aussi à ceux "qui ne sont pas d'ici mais qui ont décidé de s'y établir" et il plaira sans doute aussi à tous ceux qui demeurent dans la région du "Grand Genève" quand bien même l'appellation ne fait pas (encore) l'unanimité !

Composé de douze textes bien enlevés de Magali Bossi, jeune auteure et encore étudiante en lettres, l'ouvrage est en outre illustré de magnifiques dessins de Gilbert Frattini et accompagné d'un CD de musique populaire genevoise composée par Patrick Bielser.

 

Juste pour vous mettre l'eau à la bouche, je citerai "Le chat des ruines de Rouelbrau", "La pierre aux dames" ou encore "La chasse au daru".

Et comme on dit généralement pour les nouvelles parutions :"En vente dans toutes les bonnes librairies"

P5240025.JPG

11:31 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/05/2013

La modération des blogs équivaut-elle à une censure ?

Il n'est sans doute pas indispensable que les blogs publient toutes les insanités et autres propos orduriers qui s'y déversent parfois sans aucune retenue. Surtout lorsqu'ils ne sont pas signés ou cachés derrière un pseudo.

 

Cela dit, on ne peut s'empêcher de penser que certains blogueurs confondent modération et censure, ne laissant passer que ce qui amène de l'eau à leur moulin.

 

J'en ai fait l'expérience avec un bref commentaire déposé sur le blog de M. Edouard Cuendet le 17 mai et qui, pour l'instant, n'a pas franchi les barrières de la modération. Il s'agissait des agissements de M. Antoine Vielliard dans le cadre de son mandat au conseil des HUG. Apparemment, M. Vielliard serait un vilain petit canard et devrait être vertement remis à l'ordre. Il crache trop fort dans la soupe, semble-t-il !

Je me suis permis d'envoyer le texte qui suit et qui, à ce jour, reste introuvable sur le blog de M. Cuendet :

 

Est-ce parce que cet homme est français que vous considérez sa présence comme insupportable ou parce que ses propos reflètent une certaine réalité ? Ou peut-être les deux ?

Je ne savais pas que la présence de M. Vielliard au Conseil des HUG était due à un simple tolérance. Le fait du prince en quelque sorte !

Il est vrai que les poux que l'on cherche dans la tête de M. Pagani - dont la conduite n'a pas forcément été exemplaire, j'en conviens - donne une idée assez claire de ce qu'il est inconvenant de faire face aux notables.

Il sied aux "pièces rapportées" d'être alignées couvertes.

 

 

Si M. Cuendet n'aime pas les commentaires, il faut qu'il le dise clairement et le signale aux lecteurs.

 

18:37 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/05/2013

Yaka et Yfokon, les deux mamelles du MCG

Le dernier "opus" publié par le MCG, intitulé sobrement "Sortons Genève du bourbier" ne devait faire rire personne. Il faut au contraire s'inquiéter des propos malfaisants de cette formation qui, s'ingéniant à hurler qu'il importe de rendre Genève aux Genevois, y va de sa croisade anti-tout, et notamment les frontaliers qui sont aussi nocifs que les "dealers" et les mendiants, sans oublier les détenus, les clandestins, etc.etc.

Les belles promesses rendant les fous joyeux, il n'est pas étonnant qu'un certain nombre de personnes, ne sachant elles-mêmes donner de la voix, donnent la leur au MCG, croyant faire oeuvre d'utilité publique. Yaka et Yfokon sont les maîtres-mots de ce Mouvement. Ils sont les seuls à posséder les solutions ! Votez MCG et vous n'aurez plus de frontaliers, plus de mendiants, plus de clandestins, plus de dealers, plus rien quoi !

Mais malheureusement, aligner des arguments cohérents et cartésiens contre les "solutions" proposées par cette formation qui ne fait pas de politique mais essaie tout pour s'emparer du pouvoir, ne sert à rien. Le MCG mise sur des éléments émotionnels tels que la peur, la haine, le rejet et pourquoi pas le mensonge pour arriver à faire main basse sur Genève.

Yaka et Yfokon donc. Mais sans un mot sur les moyens financiers et humains pour y parvenir. Bien sûr les Genevois diront ce qu'ils veulent en automne prochain : l'Eden MCG ou le Bourbier.

Mais si "sortir Genève du bourbier" nous conduit à nous mettre dans la me..., qu'aura t-on gagné ?

La Tribune et l'héraldique

Dans son édition du 4-5 mai dernier, à la page 21, a été publié un article intitulé "Genève charrie son drapeau". On y découvre des faits fort intéressants et l'on y découvre l'aigle souvent fort malmenée.

On y découvre également un petit entrefilet "l'aigle et la clef d'or" qui a sans doute ravi les héraldistes !...En effet, en héraldique, l'aigle est un substantif féminin et l'on parle en conséquence d'une aigle. Le fait qu'il n'y en ait qu'une moitié ne change rien à l'affaire.

La suite est plus intéressante : "la clef représente les clefs de saint Pierre, en rapport avec la cathédrale de Genève (...)".

Ouais ! Je veux bien, mais l'explication me semble un poil incomplète pour ne pas dire plus. Une simple visite sur le site de la Ville de Genève aurait permis à la journaliste de lire ceci : "Elles (les armoiries) représentent la réunion des symboles de l'Empire (l'aigle à tête couronnée), auquel Genève a été rattachée au XIe siècle, et de l'évêque (la clef d'or) dont les citoyens tiennent leurs libertés et franchises depuis 1387.

Pour ceux que cela pourrait intéresser, en héraldique, les couleurs ont des noms qui n'en donnent pas une idée précise au premier abord :

Les émaux :

Azur : bleu

Gueules : rouge

Sinople : vert

Sable : noir

Les métaux :

Or : jaune

Argent : gris

 

Il existe d'autres couleurs moins fréquentes et il est en outre intéressant de savoir qu'on ne met jamais deux métaux l'un sur l'autre. Le blasonnement enfin, c'est-à-dire la manière de "lire" des armoiries, répond à des critères extrêmenet précis et que cette lecture est un exercice difficile.

27/04/2013

Merci, Monsieur...

Je lisais récemment, la revue de la ville de Genève qui fourmille d'informations plus ou moins intéressantes.

Il en est une qui a retenu plus particulièrement mon attention : la page consacrée à Monsieur Noël Constant, éducateur de rue. Au fond il est beaucoup plus que cela. Un engagement qui tire sa force dans l'accomplissement d'une carrière en faveur de tous les déshérités. Un engagement qui ne fait pas la une des quotidiens. Une compassion qui s'adresse à tout les cabossés de l'existence.

Au fond, je me dis que lorsqu'on rencontre de personnages de cette trempe, il n'est point nécessaire de faire de longs discours. Juste leur dire  : "Merci, Monsieur. Vous êtes un exemple pour tous."

13/03/2013

Faut-il changer ou continuer ?

Ejecter ou réélire ? A chaque renouvellement de nos assemblées d'élus et des membres de nos gouvernments cantonaux nous revient comme les pommes en automne la question de savoir à qui donner sa voix ! Une chose est certaine : les nouveaux - ceux qui n'ont jamais exercé de fonctions législative et/ou exécutive ont évidemment l'avantage de n'avoir aucun bilan à traîner derrière eux ! Et tout le monde sait que les bilans ça s'interprète ! Les nouveaux, soutenus par des partis plus ou moins en odeur de sainteté selon les époques s'appuient sur des promesses que nombre de citoyens ont envie de croire. Ils oublient de prévenir que chez nous le pouvoir, ça se partage souvent.

Les anciens, ceux qui aimeraient se faire réélire, profitent d'un côté de l'inertie du citoyen qui vote pour un parti et qui ne regarde pas le nom des candidats inscrits sur les bulletins et de l'autre côté sont jugés sur ce qu'ils ont réalisés, ou plutôt sur ce qu'ils n'ont pas réalisés, autrement dit les promesses non tenues !

Le citoyen, qui n'est pas forcément un fin connaisseur de la politique, va devoir trancher en son âme et conscience. "A qui donner ma voix ?" A ceux qui disent qu'il leur faut encore du temps pour venir à bout des problèmes ou à ceux qui savent déjà qu'ils ne seront pas en mesure de tenir leurs promesses. Choix cornélien !

Et si la solution, c'était de voter pour des personnes, uniquement des personnes en faisant abstraction des partis. Personnellement je vote pour des personnes qui me paraissent à même de faire avancer le canton de Genève et qui me semblent avoir une vision. Des hommes et des femmes qui n'oublient pas qu'ils sont au service des citoyens et que leur tâche principale ne consiste pas simplement à se faire réélire.

Evidemment, me direz-vous, ma vision est un peu idyllique. Pour beaucoup, la simple présence au gouvernement ou au parlement prime sur le programme (pour autant qu'il y en ait un). Souvent ils nous offrent de magnifiques pantalonnades mais ne supportent pas les vestes...Ils se prennent au sérieux et méprisent les autres qui souvent font de même...

Aussi bien, lorsque viendra le moment de renouveler notre parlement et notre gouvenement, que chacun fasse de son mieux et choisisse les personnes qu'ils considèrent capables d'apporter quelque chose de constructif au canton et à ses habiants.

J'ai aussi envie de dire aux élus :"faites de votre mieux". Je ne suis cependant pas certain que ce soit leur première préoccupation. Dommage !

08/03/2013

Panem et circenses ?

Il y a longtemps que je pensais que la boxe était un exercice brutal et je me suis toujours demandé d''ailleurs pourquoi on appelait cela le noble art. Personnellement je n'ai jamais vu de noblesse dans le fait de mettre son adversaire à terre en espérant qu'il ne se relève pas, en tout cas pas tout de suite...Quant à l'art et aux artistes, je n'en vois que les gants et les arcades sourcilières fendues, bref le tableau est plutôt ensanglanté.

Vous l'aurez compris, je n'aime pas la boxe et je ne suis pas en mesure d'en faire la promotion. Elle n'a pas besoin de moi. Et l'on continue à parler d'art là où je ne vois que coups et blessures.

Et le public, pourquoi vient-il ? Dites-moi ? Laissons le "panem" de côté, mais pour ce qui est des "circenses", tout va bien ! Avez-vous déjà observé la tête des spectateurs lorsqu'un des deux boxeurs va au tapis ? Presque tous hurlent, voire deviennent hystériques. On les croirait prêts à faire le poing avec le pouce vers le bas.

Ceux qui aiment ce "sport" diront évidemment que je noircis le tableau. C'est leur droit. Après tout on ne peut pas toujours être d'accord avec tout le monde !

Ainsi, je croyais que la boxe était une erreur que le sport n'avait pas encore corrigée et que tout s'arrangerait un jour ou l'autre. A ce jour rien ne s'est arrangé...

Mais depuis quelques jours, je constate que la boxe n'a pas le monopole de la brutalité. Je ne savais pas - je l'ai appris ces jours derniers - mais il suffit de chausser des patins, d'avoir une crosse dans les mains et de s'en servir non pas pour manipuler le palet (dans le temps on disait le puck) mais pour littéralement propulser son adversaire immédiat contre la balustrade. Résultat : l'adversaire en question ne se relève pas et il finira ses jours en chaise roulante.

Beaucoup de monde - y compris parmi les journalistes - semble minimiser l'accident (j'ai presque envie de dire l'agression) et prétendre que le hockey sur glace est un sport viril et que les contacts physiques font partie du jeu et que le récent drame fait partie des risques du métier. Mon oeil. Le hockey sur glace fut un sport où l'art du body-check consistait à arrêter son adversaire avec le corps mais sûrement pas avec les coudes en avant et la crosse en guise de sabre au clair.

J'ai été véritablement stupéfait d'entendre un journaliste à la télévision romande oser affirmer sans broncher que le public était très avide des bagarres sur la glace et de ces actions "viriles" (comprenez brutales). C'est tellement marrant de voir un patineur s'écrabouiller contre le balustrade et ensuite être sorti sur une civière. A quand le corbillard ?

Non, le hochey sur glace est autre chose. Il faut absolument que les instances mettent un terme à ces "actions viriles" qui ne servent à rien sinon à exciter le public. J'aimerais que l'on m'explique comment faire comprendre aux enfants et aux jeunes qu'agresser quelqu'un dans la rue avec un bâton est un acte répréhensible alors que jeter son adversaire contre la balustrade d'une patinoire avec les deux coudes en avant en prévoyant ce qui peut se passer est juste une "action virile". L'euphémisme ne me fait pas rire du tout. 

Il faut agir avant qu'il ne soit trop tard. Et parfois je me demande s'il n'est pas déjà trop tard.

O tempora, o mores.

18:31 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

15/02/2013

75 millions pour la campagne de M. Minder !

J'apprends par la TdG qui rapporte les propos de 20 minutes que M. Vasella va toucher 75 millions de nos francs (forts au demeurant !) pour qu'il s'engage à ne pas passer à la concurrence.

Tous les chercheurs qui ont signé des contrats de travail avec leur société, dont une clause au  moins concernait la non-concurrence, doivent en être verts de rage. A moins qu'ils ne soient simplement adeptes d'une éthique bien comprise.

Je me demande comment il faut interpréter ce deal.

Mais quoi qu'il en soit, au moment où le peuple suisse va devoir s'exprimer sur l'initiative Minder les 75 millions accordés à M. Vasella seront les bienvenus - indirectement bien sûr - pour contrebalancer les quelques millions dépensés par EconomieSuisse pour faire échouer le texte soumis au peuple.

75 millions de pub pour une initiative sans avoir un sou à débourser. M. Minder doit y voir un signe du destin !

Merci qui ?

11/02/2013

Attention, astéroïde !

Vendredi prochain, un astéroïde de 45 mètres de diamètre et d'une masse de 135.000 tonnes frôlera notre Terre et passera à seulement 27500 km de notre planète, soit plus près que les satellites appelés géostationnaires qui, eux,orbitent à quelque 36.000 km.

La NASA informe : il n'y a aucun danger. Pas la peine de vous affoler. Quoique, disent certaines personnes mal intentionnées, une collision aurait, peut-être, permis de faire disparaître quelques dinosaures de la politique. Mais bon, n'en parlons plus...

Le petit schéma de la NASA ci-dessous vous en dira certainement davantage que de longues explications.

asteroid20130201-full.jpg

12:12 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

15/01/2013

Oubli, problème technique ou choix délibéré ?

Vital Sven dépasse les bornes ! Je n'affirme rien. Il ne s'agit que du titre d'un blog hébergé par la Tribune de Genève. Comme pour tous les blogs il y est demandé, je cite "Bonjour. Je vous remercie de votre visite et des commentaires que vous rédigerez sous mes billets. Merci de respecter les règles fixées par la Tribune de Genève qui nous héberge: soyez courtois, concis, pertinent et, pourquoi pas, drôles ! Au plaisir de vous lire. NB Le contenu des blogs n'engage pas la rédaction de la Tribune de Genève.

Je me suis donc permis, il y a un jour ou deux, de donner un avis à la suite de la note "Vous brisez du Gay comme vous cassiez du Juif !"

Or il se trouve que mon propos n'a pas été publié. Pour l'instant je n'en déduis rien d'autre que le titre de la présente note. S'il s'agit d'un oubli ou d'un problème technique, on peut le regretter, mais la perfection n'étant pas de ce  monde...S'il s'agit d'un choix délibéré, c'est évidemment plus fâcheux dans la mesure où l'échange d'idées devient très problématique. Mes propos ne plaisent pas ? On peut y répondre, argumenter, railler, contredire, polémiquer pourquoi pas. Mais jeter aux oubliettes ne me paraît pas particulièrement... courtois

Depuis quelque temps, je sauvegarde la quasi totalité de mes textes, ce qui me permet, aujourd'hui, de publier ci-dessous, la note en question.

 

"Fichtre ! Heureusement que sur votre blog il y a au moins les commentaires qui sont modérés.

Pour ma part, je ne comprends toujours pas comment on peut "marier" des choses ou des gens de même nature. Pour ma part, voyez-vous, je préfère encore voir des couples pacsés plutôt qu'assemblés, comme des vins.

Je ne comprends toujours pas non plus pourquoi les couples homosexuels ne sont pas satisfaits du pacs alors qu'ils convient à des couples hétérosexuels. Y aurait-il derrière ce secret désir de "mariage" surtout une volonté d'obtenir tout ce qui va avec ?"

 

 

 

 

12:40 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |