09/08/2013

Sans numéro d'ordre ?

Mon esprit parfois un peu trop cartésien me dit que le nouveau pape des catholiques romains est privé de son numéro d'ordre pour des raisons qui m'échappent.

François 1er est donc simplement le pape François. Et pourquoi donc ? Quelle est la raison de cette suppression ?

Je ne me rappelle pas que le pape Jean-Paul II ait été précédé par le pape Jean-Paul. On a bien parlé de Jean-Paul 1er, même si son règne a été plus que bref.

François pour éviter peut-être de le confoncre avec le roi de France François 1er, car il y en aurait sans doute quelques-uns pour demander : "François 1er, je ne savais pas qu'il avait aussi été pape..."

 

 

02/08/2013

Suisse accueillante ?

Je viens de lire le discours de M. Cerutti, maire de Vernier. Excepté le fait que la Suisse ne compte pas 26 cantons, mais 23 dont 3 divisés en 2 demi-cantons, M. Cerutti dit notamment : "En prêtant serment de se défendre mutuellement contre toute menace venant de l’extérieur, en se prêtant assistance contre le futur envahisseur, les Suisses de 1291 ont permis la création d’une démocratie remarquable et accueillante.(...)"

 

Accueillante, vraiment ? A voir le nombre d'initiatives visant à n'accueillir que le minimum d'étrangers, à voir le MCG s'acharner sur les frontaliers, à voir le peuple accepter un durcissement de la loi sur les demandeurs d'asile, je m'interroge sur le sens du mot "accueiillant".

 

En fait j'imagine que c'est un peu comme dans Astérix en Corse je crois : "J'aime les étrangers surtout quand ils restent chez eux."

 

C'est cela une des valeurs suisses dont on nous rebat les oreilles afin de nous faire croire que l'on est meilleur que les autres ?

28/06/2013

Adieu champion...

J'ai encore devant mes yeux de 1956 votre arrivée triomphale et triomphante lors du marathon des jeux olypiques de Melbourne. Je me demandais alors ce qui pouvait bien se passer dans votre tête à ce moment-là. Quel effet cela pouvait bien faire d'entrer dans le stade olympique sachant qu'aucun autre n'y était entré avant vous ?

Il y avait à cette époque de la modestie dans la victoire et vous ne pensiez guère à votre compte en banque. La première place valait de l'or, une médaille d'or qui a probablement suffi à votre bonheur.

Maintenant, Monsieur Mimoun, que vous avez rejoint l'Olympe des coureurs de grand fond, vous pourrez vous remémorer en toute quiétude ces moments d'intense émotion que vous avez probablement partagés avec un certain Emil Zatopek.

Vous n'avez certes pas toujours gagné. Mais n'est-on pas grand aussi dans la défaite assumée ?

17:51 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/05/2013

Quand le français joue avec lui-même

Juste pour le plaisir en ce début de week-end calamiteux !

dictée sans fautes.jpg

10:54 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/05/2013

Un livre à offrir ou à s'offrir !

Précisément paru le 15 avril dernier aux éditions Cabédita, "Si Genève m'était contée, légendes et musique" devrait combler tous les amateurs de légendes et contes liés à notre canton. Il plaira aussi à ceux "qui ne sont pas d'ici mais qui ont décidé de s'y établir" et il plaira sans doute aussi à tous ceux qui demeurent dans la région du "Grand Genève" quand bien même l'appellation ne fait pas (encore) l'unanimité !

Composé de douze textes bien enlevés de Magali Bossi, jeune auteure et encore étudiante en lettres, l'ouvrage est en outre illustré de magnifiques dessins de Gilbert Frattini et accompagné d'un CD de musique populaire genevoise composée par Patrick Bielser.

 

Juste pour vous mettre l'eau à la bouche, je citerai "Le chat des ruines de Rouelbrau", "La pierre aux dames" ou encore "La chasse au daru".

Et comme on dit généralement pour les nouvelles parutions :"En vente dans toutes les bonnes librairies"

P5240025.JPG

11:31 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/05/2013

La modération des blogs équivaut-elle à une censure ?

Il n'est sans doute pas indispensable que les blogs publient toutes les insanités et autres propos orduriers qui s'y déversent parfois sans aucune retenue. Surtout lorsqu'ils ne sont pas signés ou cachés derrière un pseudo.

 

Cela dit, on ne peut s'empêcher de penser que certains blogueurs confondent modération et censure, ne laissant passer que ce qui amène de l'eau à leur moulin.

 

J'en ai fait l'expérience avec un bref commentaire déposé sur le blog de M. Edouard Cuendet le 17 mai et qui, pour l'instant, n'a pas franchi les barrières de la modération. Il s'agissait des agissements de M. Antoine Vielliard dans le cadre de son mandat au conseil des HUG. Apparemment, M. Vielliard serait un vilain petit canard et devrait être vertement remis à l'ordre. Il crache trop fort dans la soupe, semble-t-il !

Je me suis permis d'envoyer le texte qui suit et qui, à ce jour, reste introuvable sur le blog de M. Cuendet :

 

Est-ce parce que cet homme est français que vous considérez sa présence comme insupportable ou parce que ses propos reflètent une certaine réalité ? Ou peut-être les deux ?

Je ne savais pas que la présence de M. Vielliard au Conseil des HUG était due à un simple tolérance. Le fait du prince en quelque sorte !

Il est vrai que les poux que l'on cherche dans la tête de M. Pagani - dont la conduite n'a pas forcément été exemplaire, j'en conviens - donne une idée assez claire de ce qu'il est inconvenant de faire face aux notables.

Il sied aux "pièces rapportées" d'être alignées couvertes.

 

 

Si M. Cuendet n'aime pas les commentaires, il faut qu'il le dise clairement et le signale aux lecteurs.

 

18:37 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/05/2013

Yaka et Yfokon, les deux mamelles du MCG

Le dernier "opus" publié par le MCG, intitulé sobrement "Sortons Genève du bourbier" ne devait faire rire personne. Il faut au contraire s'inquiéter des propos malfaisants de cette formation qui, s'ingéniant à hurler qu'il importe de rendre Genève aux Genevois, y va de sa croisade anti-tout, et notamment les frontaliers qui sont aussi nocifs que les "dealers" et les mendiants, sans oublier les détenus, les clandestins, etc.etc.

Les belles promesses rendant les fous joyeux, il n'est pas étonnant qu'un certain nombre de personnes, ne sachant elles-mêmes donner de la voix, donnent la leur au MCG, croyant faire oeuvre d'utilité publique. Yaka et Yfokon sont les maîtres-mots de ce Mouvement. Ils sont les seuls à posséder les solutions ! Votez MCG et vous n'aurez plus de frontaliers, plus de mendiants, plus de clandestins, plus de dealers, plus rien quoi !

Mais malheureusement, aligner des arguments cohérents et cartésiens contre les "solutions" proposées par cette formation qui ne fait pas de politique mais essaie tout pour s'emparer du pouvoir, ne sert à rien. Le MCG mise sur des éléments émotionnels tels que la peur, la haine, le rejet et pourquoi pas le mensonge pour arriver à faire main basse sur Genève.

Yaka et Yfokon donc. Mais sans un mot sur les moyens financiers et humains pour y parvenir. Bien sûr les Genevois diront ce qu'ils veulent en automne prochain : l'Eden MCG ou le Bourbier.

Mais si "sortir Genève du bourbier" nous conduit à nous mettre dans la me..., qu'aura t-on gagné ?

La Tribune et l'héraldique

Dans son édition du 4-5 mai dernier, à la page 21, a été publié un article intitulé "Genève charrie son drapeau". On y découvre des faits fort intéressants et l'on y découvre l'aigle souvent fort malmenée.

On y découvre également un petit entrefilet "l'aigle et la clef d'or" qui a sans doute ravi les héraldistes !...En effet, en héraldique, l'aigle est un substantif féminin et l'on parle en conséquence d'une aigle. Le fait qu'il n'y en ait qu'une moitié ne change rien à l'affaire.

La suite est plus intéressante : "la clef représente les clefs de saint Pierre, en rapport avec la cathédrale de Genève (...)".

Ouais ! Je veux bien, mais l'explication me semble un poil incomplète pour ne pas dire plus. Une simple visite sur le site de la Ville de Genève aurait permis à la journaliste de lire ceci : "Elles (les armoiries) représentent la réunion des symboles de l'Empire (l'aigle à tête couronnée), auquel Genève a été rattachée au XIe siècle, et de l'évêque (la clef d'or) dont les citoyens tiennent leurs libertés et franchises depuis 1387.

Pour ceux que cela pourrait intéresser, en héraldique, les couleurs ont des noms qui n'en donnent pas une idée précise au premier abord :

Les émaux :

Azur : bleu

Gueules : rouge

Sinople : vert

Sable : noir

Les métaux :

Or : jaune

Argent : gris

 

Il existe d'autres couleurs moins fréquentes et il est en outre intéressant de savoir qu'on ne met jamais deux métaux l'un sur l'autre. Le blasonnement enfin, c'est-à-dire la manière de "lire" des armoiries, répond à des critères extrêmenet précis et que cette lecture est un exercice difficile.

27/04/2013

Merci, Monsieur...

Je lisais récemment, la revue de la ville de Genève qui fourmille d'informations plus ou moins intéressantes.

Il en est une qui a retenu plus particulièrement mon attention : la page consacrée à Monsieur Noël Constant, éducateur de rue. Au fond il est beaucoup plus que cela. Un engagement qui tire sa force dans l'accomplissement d'une carrière en faveur de tous les déshérités. Un engagement qui ne fait pas la une des quotidiens. Une compassion qui s'adresse à tout les cabossés de l'existence.

Au fond, je me dis que lorsqu'on rencontre de personnages de cette trempe, il n'est point nécessaire de faire de longs discours. Juste leur dire  : "Merci, Monsieur. Vous êtes un exemple pour tous."

13/03/2013

Faut-il changer ou continuer ?

Ejecter ou réélire ? A chaque renouvellement de nos assemblées d'élus et des membres de nos gouvernments cantonaux nous revient comme les pommes en automne la question de savoir à qui donner sa voix ! Une chose est certaine : les nouveaux - ceux qui n'ont jamais exercé de fonctions législative et/ou exécutive ont évidemment l'avantage de n'avoir aucun bilan à traîner derrière eux ! Et tout le monde sait que les bilans ça s'interprète ! Les nouveaux, soutenus par des partis plus ou moins en odeur de sainteté selon les époques s'appuient sur des promesses que nombre de citoyens ont envie de croire. Ils oublient de prévenir que chez nous le pouvoir, ça se partage souvent.

Les anciens, ceux qui aimeraient se faire réélire, profitent d'un côté de l'inertie du citoyen qui vote pour un parti et qui ne regarde pas le nom des candidats inscrits sur les bulletins et de l'autre côté sont jugés sur ce qu'ils ont réalisés, ou plutôt sur ce qu'ils n'ont pas réalisés, autrement dit les promesses non tenues !

Le citoyen, qui n'est pas forcément un fin connaisseur de la politique, va devoir trancher en son âme et conscience. "A qui donner ma voix ?" A ceux qui disent qu'il leur faut encore du temps pour venir à bout des problèmes ou à ceux qui savent déjà qu'ils ne seront pas en mesure de tenir leurs promesses. Choix cornélien !

Et si la solution, c'était de voter pour des personnes, uniquement des personnes en faisant abstraction des partis. Personnellement je vote pour des personnes qui me paraissent à même de faire avancer le canton de Genève et qui me semblent avoir une vision. Des hommes et des femmes qui n'oublient pas qu'ils sont au service des citoyens et que leur tâche principale ne consiste pas simplement à se faire réélire.

Evidemment, me direz-vous, ma vision est un peu idyllique. Pour beaucoup, la simple présence au gouvernement ou au parlement prime sur le programme (pour autant qu'il y en ait un). Souvent ils nous offrent de magnifiques pantalonnades mais ne supportent pas les vestes...Ils se prennent au sérieux et méprisent les autres qui souvent font de même...

Aussi bien, lorsque viendra le moment de renouveler notre parlement et notre gouvenement, que chacun fasse de son mieux et choisisse les personnes qu'ils considèrent capables d'apporter quelque chose de constructif au canton et à ses habiants.

J'ai aussi envie de dire aux élus :"faites de votre mieux". Je ne suis cependant pas certain que ce soit leur première préoccupation. Dommage !