08/03/2013

Panem et circenses ?

Il y a longtemps que je pensais que la boxe était un exercice brutal et je me suis toujours demandé d''ailleurs pourquoi on appelait cela le noble art. Personnellement je n'ai jamais vu de noblesse dans le fait de mettre son adversaire à terre en espérant qu'il ne se relève pas, en tout cas pas tout de suite...Quant à l'art et aux artistes, je n'en vois que les gants et les arcades sourcilières fendues, bref le tableau est plutôt ensanglanté.

Vous l'aurez compris, je n'aime pas la boxe et je ne suis pas en mesure d'en faire la promotion. Elle n'a pas besoin de moi. Et l'on continue à parler d'art là où je ne vois que coups et blessures.

Et le public, pourquoi vient-il ? Dites-moi ? Laissons le "panem" de côté, mais pour ce qui est des "circenses", tout va bien ! Avez-vous déjà observé la tête des spectateurs lorsqu'un des deux boxeurs va au tapis ? Presque tous hurlent, voire deviennent hystériques. On les croirait prêts à faire le poing avec le pouce vers le bas.

Ceux qui aiment ce "sport" diront évidemment que je noircis le tableau. C'est leur droit. Après tout on ne peut pas toujours être d'accord avec tout le monde !

Ainsi, je croyais que la boxe était une erreur que le sport n'avait pas encore corrigée et que tout s'arrangerait un jour ou l'autre. A ce jour rien ne s'est arrangé...

Mais depuis quelques jours, je constate que la boxe n'a pas le monopole de la brutalité. Je ne savais pas - je l'ai appris ces jours derniers - mais il suffit de chausser des patins, d'avoir une crosse dans les mains et de s'en servir non pas pour manipuler le palet (dans le temps on disait le puck) mais pour littéralement propulser son adversaire immédiat contre la balustrade. Résultat : l'adversaire en question ne se relève pas et il finira ses jours en chaise roulante.

Beaucoup de monde - y compris parmi les journalistes - semble minimiser l'accident (j'ai presque envie de dire l'agression) et prétendre que le hockey sur glace est un sport viril et que les contacts physiques font partie du jeu et que le récent drame fait partie des risques du métier. Mon oeil. Le hockey sur glace fut un sport où l'art du body-check consistait à arrêter son adversaire avec le corps mais sûrement pas avec les coudes en avant et la crosse en guise de sabre au clair.

J'ai été véritablement stupéfait d'entendre un journaliste à la télévision romande oser affirmer sans broncher que le public était très avide des bagarres sur la glace et de ces actions "viriles" (comprenez brutales). C'est tellement marrant de voir un patineur s'écrabouiller contre le balustrade et ensuite être sorti sur une civière. A quand le corbillard ?

Non, le hochey sur glace est autre chose. Il faut absolument que les instances mettent un terme à ces "actions viriles" qui ne servent à rien sinon à exciter le public. J'aimerais que l'on m'explique comment faire comprendre aux enfants et aux jeunes qu'agresser quelqu'un dans la rue avec un bâton est un acte répréhensible alors que jeter son adversaire contre la balustrade d'une patinoire avec les deux coudes en avant en prévoyant ce qui peut se passer est juste une "action virile". L'euphémisme ne me fait pas rire du tout. 

Il faut agir avant qu'il ne soit trop tard. Et parfois je me demande s'il n'est pas déjà trop tard.

O tempora, o mores.

18:31 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

15/02/2013

75 millions pour la campagne de M. Minder !

J'apprends par la TdG qui rapporte les propos de 20 minutes que M. Vasella va toucher 75 millions de nos francs (forts au demeurant !) pour qu'il s'engage à ne pas passer à la concurrence.

Tous les chercheurs qui ont signé des contrats de travail avec leur société, dont une clause au  moins concernait la non-concurrence, doivent en être verts de rage. A moins qu'ils ne soient simplement adeptes d'une éthique bien comprise.

Je me demande comment il faut interpréter ce deal.

Mais quoi qu'il en soit, au moment où le peuple suisse va devoir s'exprimer sur l'initiative Minder les 75 millions accordés à M. Vasella seront les bienvenus - indirectement bien sûr - pour contrebalancer les quelques millions dépensés par EconomieSuisse pour faire échouer le texte soumis au peuple.

75 millions de pub pour une initiative sans avoir un sou à débourser. M. Minder doit y voir un signe du destin !

Merci qui ?

11/02/2013

Attention, astéroïde !

Vendredi prochain, un astéroïde de 45 mètres de diamètre et d'une masse de 135.000 tonnes frôlera notre Terre et passera à seulement 27500 km de notre planète, soit plus près que les satellites appelés géostationnaires qui, eux,orbitent à quelque 36.000 km.

La NASA informe : il n'y a aucun danger. Pas la peine de vous affoler. Quoique, disent certaines personnes mal intentionnées, une collision aurait, peut-être, permis de faire disparaître quelques dinosaures de la politique. Mais bon, n'en parlons plus...

Le petit schéma de la NASA ci-dessous vous en dira certainement davantage que de longues explications.

asteroid20130201-full.jpg

12:12 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

15/01/2013

Oubli, problème technique ou choix délibéré ?

Vital Sven dépasse les bornes ! Je n'affirme rien. Il ne s'agit que du titre d'un blog hébergé par la Tribune de Genève. Comme pour tous les blogs il y est demandé, je cite "Bonjour. Je vous remercie de votre visite et des commentaires que vous rédigerez sous mes billets. Merci de respecter les règles fixées par la Tribune de Genève qui nous héberge: soyez courtois, concis, pertinent et, pourquoi pas, drôles ! Au plaisir de vous lire. NB Le contenu des blogs n'engage pas la rédaction de la Tribune de Genève.

Je me suis donc permis, il y a un jour ou deux, de donner un avis à la suite de la note "Vous brisez du Gay comme vous cassiez du Juif !"

Or il se trouve que mon propos n'a pas été publié. Pour l'instant je n'en déduis rien d'autre que le titre de la présente note. S'il s'agit d'un oubli ou d'un problème technique, on peut le regretter, mais la perfection n'étant pas de ce  monde...S'il s'agit d'un choix délibéré, c'est évidemment plus fâcheux dans la mesure où l'échange d'idées devient très problématique. Mes propos ne plaisent pas ? On peut y répondre, argumenter, railler, contredire, polémiquer pourquoi pas. Mais jeter aux oubliettes ne me paraît pas particulièrement... courtois

Depuis quelque temps, je sauvegarde la quasi totalité de mes textes, ce qui me permet, aujourd'hui, de publier ci-dessous, la note en question.

 

"Fichtre ! Heureusement que sur votre blog il y a au moins les commentaires qui sont modérés.

Pour ma part, je ne comprends toujours pas comment on peut "marier" des choses ou des gens de même nature. Pour ma part, voyez-vous, je préfère encore voir des couples pacsés plutôt qu'assemblés, comme des vins.

Je ne comprends toujours pas non plus pourquoi les couples homosexuels ne sont pas satisfaits du pacs alors qu'ils convient à des couples hétérosexuels. Y aurait-il derrière ce secret désir de "mariage" surtout une volonté d'obtenir tout ce qui va avec ?"

 

 

 

 

12:40 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

02/01/2013

Nouvelle Année

A toutes et à tous - blogueurs et/ou commentateurs - je souhaite une année 2013 riche de mille petits bonheurs quotidiens, ceux-là même qui donnent tout le sel à l'existence.

CARPE DIEM

12:13 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/11/2012

Un problème de vocabulaire ?

On ne peut plus ouvrir un journal ni écouter une radio sans que la question du mariage des homosexuels soit évoquée. Il faut d'ailleurs faire attention de ne pas sortir du politiquement correct : s'opposer au mariage de personnes du même sexe relèvera bientôt du code pénal ! Tant pis j'en prends le risque. Je ne suis pas favorable au mariage de personnes du même sexe non pas pour des questions éthiques ou religieuses, mais uniquement pour des questions de vocabulaire : on ne marie pas des gens et des choses de même nature. Le maître d'hôtel vous conseillera un mariage entre un vin et un plat ; l'oenologue vous dira qu'on ne marie pas les vins entre eux, mais qu'on les assemble.

Alors de grâce, cessons de parler de mariage. Personne - en tous cas pas moi - ne dénie aux homosexuels le droit de vivre en couple. Il convient de trouver une formulation particlière pour ce qui, malgré tout, reste une situation particulière ou tout au moins différente.

J'avoue avoir de la peine à comprendre pourquoi les homosexuels qui réclament le droit à la différence donnent tant de la voix pour être coulés dans le même moule juridique que les hétérosexuels. Il y aura sans doute quelqu'un pour me l'expliquer.

 

14:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

17/10/2012

Science ou inconscience ?

Il y a trois jours, un Autrichien de 43 ans - Felix Baumgartner - s'est élancé dans le vide d’une altitude de 39.000 mètres (oui, vous avez bien lu !) pour une chute libre supérieure à 4 minutes et au cours de laquelle il a dépassé le mur du son. Il s’est ensuite posé, avec l’aide de son parachute, dans les environs de Roswell, au Nouveau-Mexique (USA). Inconscience ? Sûrement pas ! L’opération avait été minutieusement préparée pendant 5 ans et l’on peut imaginer que l’évaluation des risques avait été réalisée avec beaucoup de soin. D’où sans doute la réussite. Science ? On peut nourrir quelques doutes à ce sujet.  En effet, il est peu probable que ce saut apporte beaucoup d’éléments nouveaux, que ce soit pour la médecine ou la physique. Aussi bien devrait-on davantage parler de ce saut comme d’un exploit accompli par un homme déterminé et peut-être même obnubilé par son idée de record !

Mais après tout, nous avons besoin de ce genre d’exploit qui permet d’échapper, de temps à autre, au quotidien !  Sur dix personnes, neuf vous diront avoir regardé la vidéo sur YouTube. La dixième est une menteuse...

 

20:34 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/10/2012

Je penche plutôt pour un non

Je viens de terminer la lecture "in extenso" du projet de nouvelle constitution. Et bien, pour être franc, elle ne casse pas trois pattes à un canard. Prétendre qu'on entre de plain pied dans le 21ème siècle avec "ça" n'émane pratiquement que des constitutants, semble-t-il très satisfaits du texte proposé.

(...) mais qu'est-ce qu'on peut bien lui trouver à la constitution actuelle, pour refuser d'un revers de main le projet de nouvelle constitution ? (...) se demande M. Murat Julian Alder. On y trouve davantage d'audace en 1847 qu'il en manque à celle qui nous est présentée aujourd'hui. Et si l'on se permet de comparer deux textes séparés par plus de 150 ans, c'est sans doute que le plus récent, compte tenu de l'évolution de la société et du monde dans laquelle elle se débat, manque singulièrement de consistance.

Il ne suffit pas de nous proposer une législature de 5 ans, une formation obligatoire jsuqu'à 18 ans et un encouragement à construire des logements pour faire illusion. En n'entre pas dans le 21ème siècle, on reste tout juste dans le 20ème !

Il y a, parmi les 237 articles contenus dans le projet, de nombreux points qui n'intéresseront jamais le législateur. De nombreux articles resteront lettre morte. Parmi ceux-ci, l'art. 166 consacré à  l'accès aux rives du lac et des cours d'eau :

"L'Etat assure un libre accès aux rives du lac et des cours d'eau dans le respect de l'environnement et des intérêts publics et privés prépondérants."

Avec cela, on n'est pas près de se promener à pied de l'OMC à Versoix en longeant les rives du lac ! (Qui définira les intérêts privés prépondérants ? Il eût été utile de mettre " l'Etat assure un libre accès en continu aux rives du lac...)

C'est un point mineur, me direz-vous. Peut-être. Les citoyens aimeraient néanmoins pouvoir se balader le long du lac et se demander pourquoi, à Genève, la politique partisane étroite, l'emporte trop souvent sur l'intérêt général.

Le dogmatisme contre l'arrogance, à moins que cela ne soit le contraire.

 

 

08/10/2012

Quand le dédain risque de vous exploser en pleine figure ou la bêtise des présidents français

Cela fait déjà deux législatures que les présidents français dédaignent la Suisse sous des prétextes futiles. Mme Eveline Widmer-Schlumpf vient d'en faire la douloureuse expérience avec M. François Hollande qui a poliment (?) éconduit la présidente de la Confédération : il ne viendra pas en Suisse. Il est évident que la Suisse n'est pas le centre de la Terre (Même si elle en rêve parfois...). Il aurait été néanmoins convenable que M. Hollande accepte l'invitation de son voisin, ne serait-ce que pour améliorer ou restaurer des relations de bon voisinage que son prédécesseur avait mis tant de hargne à malmener. Prenons-en acte.

Il est vrai que pour les médias français, voir Nicolas Sarkozy pavaner avec son "ami" Barack devant les caméras avait une toute autre allure que de serrer la main à Mme Calmy-Rey qui a dû se contenter de voir son interlocuteur tapoter sur son téléphone mobile. En plus du mépris, de l'impolitesse. Nicolas Sarkozy possède des qualités que l'on ne soupçonnait pas !

Quant à François Hollande, qui dégringole (déjà) dans les sondages, il ne fait guère mieux. En fait pas mieux du tout ! Il snobe la présidente de la Confédération. Bon, elle s'en remettra, à n'en point douter. En fait ce doit être d'une certaine jouissance que d'être ignorée par des ignorants !

Mais par delà les effets de manches, le mépris, le dédain de certains parlementaires français qui n'ont pas encore réalisé que Paris n'était pas le centre du monde et qu'il ne suffit pas d'accuser la Suisse de tous les maux (n'est-ce pas M. Montebourg ?) pour que l'Hexagone soit soudainement plus grand !

M. François Mitterrand avait eu l'intelligence de nous rendre visite sans qu'il en sorte diminué  politiquement.

Attention, M. Hollande, sur ce coup, vous avez allumé un pétard avec une mèche certes assez longue. Il finira néanmoins par vous sauter à la figure. Il sera alors trop tard pour vous plaindre. Ce n'est pas une erreur de vous venez de commettre, c'est une faute.

 

05/10/2012

Bip...bip

Souvenez-vous. Hier 4 octobre on a célébré le lancement du premier satellite artificiel de l'histoire humaine : Spoutnik 1. Il y a exactement 55 ans les Soviétiques lançaient donc le premier objet mis en orbite autour de la Terre en même temps qu'ils lançaient un formidable défi aux Américains qui se sont laissé surprendre.

Le modeste "bip bip" que l'on pouvait entendre alors à la radio suffisait à nous faire rêver et nous entraîner dans des voyages interstellaires dont on ne mesurait pas forcément les difficultés. N'importe, le match était commencé et il faudra 12 ans aux Américains pour, en quelque sorte, reprendre la main ... et mettre le pied sur la Lune. C'était le 21 juillet 1969. Et l'astronaute Neil Armstrong, décédé le 25 août dernier, en aura été le héros malgré lui, lui qui ne cherchait visiblement ni honneurs ni célébrité.

Quand je vois les enfants de maintenant regarder d'un oeil distrait le départ d'une fusée, je pense avoir été, d'une certaine manière, privilégié de vivre ces événements uniques. Mais la roue tourne, la vie continue et je suis sûr que les enfants d'aujourd'hui auront le privilège de vivre les leurs !

Bip...bip