20/09/2014

Etat, vraiment ?

Je suis toujours étonné de voir avec quelle ignorance coupable la plupart des journalistes nomment les choses. Comme si reprendre - sans les vérifier - les termes de leurs collègues étaient un gage d'exactitude. Il n'en est évidemment rien. Mais tels des moutons, de trop nombreux journalistes, prétextant sans doute un monde qui va trop vite pour eux, se jettent sur des mots ou des expressions sans en saisir le sens véritable. Mais qu'importe puisque tout le monde "dit comme ça."

On pourrait sourire évidemment d'une telle absence de professionnalisme lorsque les conséquences ne sont pas dramatiques. La confusion des points et des pourcents en est une bonne illustration. Le sourire devient nettement plus jaune quand les pseudo-scribouillards parlent depuis quelque temps de "l'Etat islamique". Quel abus de langage. D'abord parce qu'il pourrait laisser penser qu'il possède une légitimité puisque que précisément il est un Etat. Redoutable méprise. Et à force de répéter "Etat islamique", le lecteur va finir par imaginer que c'est vrai !

Si mes souvenirs sont exacts, un Etat est caractérisé par trois éléments fondamentaux : un peuple, un territoire et une puissance publique originaire. Et dans le cas qui nous intéresse, je ne vois pas bien qui est le peuple, où se situe précisément le territoire. Quant à la puissance publique...

Bref, il est parfaitement regrettable que les personnes qui sont en charge d'informer leurs concitoyens aient aussi peu de respect de la langue, de leurs lecteurs et finalement d'eux-mêmes. Le journalisme est un métier, pas une occupation.

31/08/2014

Censure ou laisser-aller coupable ?

A plusieurs reprises, je suis intervenu sur le Blog de Mme Hélène Richard-Favre pour donner des avis relatifs à ce qu'il faut appeler "le conflit ukrainien". Bien mal m'en pris. Non pas que Mme Richard-Favre, dont la rigueur intellectuelle ne semble pas devoir être remise ne cause, m'ait "agressé" d'aucune manière, même si son opinion ne rejoint pas la mienne sur le sujet, notamment quand on veut donner des leçons de neutralité à son propre pays. Mais peu importe. Là n'est pas le vrai problème. Après tout l'auteur du blog exprime sa pensée en toute liberté et cherche des arguments pour la faire valoir. Il n'y a rien à redire, même si l'on ne partage pas la pensée !

En revanche, je déplore que ce même blog publie des commentaires qui ne répondent à mon avis plus du tout aux critères fixés par le TdG : concision, courtoisie (!) et pertinence. Plutôt que d'argumenter, des "commentateurs" s'ingénient à démolir leurs opposants sans apporter la moindre idée personnelle, se contentant de mettre des liens qui vont dans le sens de leurs "analyses". C'est navrant de bêtise et d'intolérance. Sous pseudo dans la plupart des cas.

Cela constaté, j'ai décidé de ne plus intervenir sur ce blog, me réservant le droit de publier sur le mien, ce que je fais aujourd'hui.

Alors ? Faut-il carrément censurer ce qui ne plaît pas ? Il n'est jamais bon d'empêcher les gens de s'exprimer mais il n'est nullement interdit d'exiger des commentateurs - connus ou sous pseudo - de rester dans des limites acceptables lorsqu'ils s'opposent à des lignes qui les défrisent !

Alors ? Laisser passer n'importe quoi sur son blog constitue-t-il un laisser-aller coupable ? Dans la mesure où les propos sont insultants, il n'a pas de raison de ne pas informer que le texte incriminé relève davantage du code pénal que de l'analyse politique.

Evidemment, vous me direz que chacun a sa propre interprétation de ce qui est acceptable de ce qui ne l'est pas. Et la difficulté réside, justement, dans l'interprétation ! A mon avis, on devrait pouvoir tout dire, mais pas n'importe comment...

18:48 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/08/2014

Petit abécédaire. Aujourd'hui q comme qwert(y)

Pourquoi, bon sang, s'arrêter à cet adjectif invariable (Si, si, en tous les cas dans mon Petit-Robert) ? Ben d'abord parce que c'est le dernier qui figure à la lettre "q". Aucune possibilité d'aller plus loin dans les "q". Ensuite parce que chaque fois que m'éloignant  de mon fidèle qwerty pour tomber sur un inconnu du nom d'azerty, je me plante dans le grandes largeurs et me retrouve avec des orthographes assez improbables. Dans ce genre de situations, plusieurs solutions possibles : la première et la plus radicale consiste à fermer l'ordinateur devant lequel vous vous trouvez et à ajourner sine die votre commentaire que vous vouliez publier sur les blogs de la TdG. La deuxième possibilité commande d'arrêter net tous vos automatismes et de vous concentrer. Au bout de deux heures environ, vous aurez compris que le Z est un W. Relativement peu important parce que moins utilisés que le E. Mais quand même. Vous ratez déjà tous les impératifs. Et l'un des premiers impératifs, c'est justement de ne pas se tromper. Ensuite vous cherchew, pardon cherchez à mettre en forme le mot adrénaline et vous tombez, si l'on ose dire, suite à votre redoutable efficacité à "taper à l'aveugle", sur votre Q. Dans ce cas rassurez-vous immédiatement, (de) Montaigne (Michel de son prénom) avait déjà pensé à tout, l'avait prédit : "Sur le plus beau trône du monde, on n'est jamais assis que sur son cul."

Finalement, cette redoutable confusion de claviers a - peut-être - quand même un avantage. Nous continuerons tous, de temps en temps à écrire quelques conne...s. Avec ce foutu clavier Azerty, il nous faudra simplement un peu plus de temps pour les écrire. C'est toujours cela de gagné... pour les autres.

 

23/08/2014

Petit abécédaire. Aujourd'hui p comme paradoxe

Oui, paradoxe ! Pourquoi ? Parce que je peine à comprendre pourquoi les Suisses sont, apparemment, contre la mise en place d'une caisse dite unique, dans le domaine de la santé. C'est en tous les cas ce qui ressort du premier sondage que nous délivré l'institut Gfk sur demande de la SSR. Plus de la moitié des Suisses seraient contre le changement du système d'assurance-maladie, bien qu'il soit régulièrement l'objet de critiques virulentes laissant à penser que les caisses-maladie sont les petits moutons noirs qu'il convient de mettre au pas. En omettant de préciser que si les cotisations augmentent régulièrement, le "mérite" en revient pour la plus grosse partie aux coûts de la santé qui n'en finissent pas d'augmenter. J'admets bien volontiers que la transparence ne soit pas la qualité principale des caisses-maladie de ce pays qui se (com)plaisent dans un flou qui n'est cependant pas très artistique. Que les salaires de certains dirigeants de caisses soient un peu surévalués est probablement vrai. Cela représente néanmoins une goutte d'eau dans les total des coûts.

A y regarder de plus près on se rend compte que les Romands sont eux plutôt favorables à cette "caisse unique", probablement parce qu'ils ont été beaucoup plus concernés par les augmentations de cotisations que les Alémaniques. Aussi bien va-t-on assister à nouveau à une fracture entre Romands et Alémaniques, les seconds nommés imposant - une fois encore ! - leur vue à la Suisse francophone, voire latine ? On peut raisonnablement avoir quelques craintes à ce sujet.

C'est aussi le moment qu'à choisi le Conseil Fédéral pour aller dans le sens d'un contrôle plus rigoureux des caisses-maladie, ce qui pourrait avoir pour effet de renforcer le camp du "non" à la caisse unique. Si le contrôle devient effectivement plus efficace, on est en droit de penser que ce sont davantage les autorités qui n'ont guère surveillé ce qu'il devait alors que les caisses n'ont fait qu'appliquer la loi...Finalement ne se serait-on pas trompé de cible en prenant les caisses comme boucs-émissaires.

Pour terminer, caisse unique ou pas caisse unique, il est fort à parier que les cotisations vont continuer à augmenter davantage que le coût de la vie parce que les coûts de la santé vont continuer de grimper dans des proportions qui n'ont rien à voir avec l'indice des prix.

Quel que soit le résultat du vote, il faudra bien se décider sinon se résoudre, dans ce pays, à introduire une véritable assurance sociale du même type que l'AVS par exemple, qui à ma connaissance, ne provoque aucun tollé : chacun contribue selon ses revenus. On ne peut certes pas transposer le système tel quel, mais c'est probablement la seule piste qui devrait permettre, à terme, de mettre fin aux inégalités criantes dans le domaine de l'assurance-maladie. C'est  bien le moins que l'on puisse faire dans un pays qui se targue d'avoir le meilleur système de santé du monde. En ce qui concerne la capacité contributive de chacun des assurés, on est vraiment loin du compte...

21/08/2014

21 août 1968...

Il y a 46 ans aujourd'hui que les troupes du Pacte de Varsovie envahissaient la Tchécoslovaquie. Cet événement faisait suite aux réformes engagées par Alexandre Dubcek qui s'éloignait dangereusement - selon Moscou - de la ligne imposée à tous les satellites de l'URSS.

Le printemps de Prague, commencé dans l'euphorie, était stoppé net.

Quelques mois plus tard, le 19 janvier 1969, un jeune étudiant, s'immole par le feu sur la place Wenceslas à Prague. Il s'appelait Jan Palach et il n'avait pas encore 21 ans.

Deux autres jeunes hommes suivirent son geste et à leur tour disparurent en février et en avril. Ils avaient pour noms Jan Zajic et Evzen Plocek.

Ce fut ensuite une longue période dite de "normalisation" qui obligea la Tchécoslovaquie à rentrer dans le rang surveillée par une équipe de séides fidèles aux ordres des caciques du Kremlin.

 

 

17/08/2014

Petit abécédaire. Aujourd'hui o comme occis

Il manqué trois cent nonante sept mètres à l'équipe féminine suisse du relais 4 x 100m. pour - éventuellement - offrir une autre médaille à la nation et tous ceux qui croyaient en elles, à savoir les quatre athlètes.

Prêtes ? Coup de pistolet. Miss Kambundji s'élance et trois mètres plus loin on assiste au premier lancer de témoin de l'histoire des championnats d'Europe. Pour elle la course s'arrête là. Pour les trois autres relayeuses aussi. Immense déception pour une équipe qui espérait une place sur le podium et, pourquoi pas, la plus haute.

Mais le plus important ne me paraît pas être le témoin qui se fait la malle sans prévenir. Non. Juste une désillusion à surmonter et que l'équipe surmontera. Le plus important a été de voir une équipe restée soudée qui à aucun moment n'a accablé la "fautive". C'est aussi cela que j'aime dans le sport quand il reste un sport : la dignité dans la défaite. Occises debout, mais debout !

On peut être ivre de joie en cas de victoire. On peut aussi être grand dans la défaite.

Merci, Mesdames. Vous nous avez montré aujourd'hui que votre grandeur vous mènera à la victoire un jour ou l'autre.

15/08/2014

English vs Français

 

Ils sont osé. Oui je répète, ils ont osé. Mais qui et quoi ?

Le Grand Conseil argovien a décidé de faire passer l'anglais avant le français qui est une langue, comme chacun le sait, absolument inutile dans nos sociétés globalisées. L'anglais, quant à lui, doit être, aux yeux de députés, instillé aux enfants dès leur plus jeune âge au détriment, bien sûr de la langue de ses voisins immédiats.

Personne, sauf peut-être quelques nostalgiques académiciens, et encore ! ne s'oppose à l'apprentissage de l'anglais que la plupart des gens croient maîtriser alors qu'en fait il ne font que la balbutier en se prenant pour Shakespeare ou Marlowe.

Il convient de rappeler qu'il est toujours préférable de connaître et de pratiquer la langue de son voisin immédiat avant n'importe quelle autre. Je regrette pour ma part que l'on veuille absolument enseigner l'anglais à tout va parce que c'est la langue des affaires et de l'économie. Mais bon sang, il n'y a pas que l'économie dans la vie d'un homme. A quand l'obligation pour les cinéastes suisses de produire des films en v.o. anglaise ? A quand l'obligation pour les auteurs alémaniques de publier leurs textes en anglais. Et pendant qu'on y est pourquoi ne pas introduire l'anglais au Parlement fédéral, ce qui économiserait les frais de traduction devenus inutiles.

Je n'ose même pas parler des italophones et des locuteurs romanches qui vont bientôt se retrouver dans une autre galaxie.

Mais heureusement, le fronde s'organise. Les instances romandes réagissent et Mme Lyon, à la RTS ce jour n'a pas vraiment mâché ses mots sur ce qu'il faut bien considérer comme un coup de poignard dans le dos des Romands.

Je répète souvent qu'il est malhabile de sous-estimer les minorités qui finissent toujours par se rebeller un jour ou l'autre. C'est justement ce que les Argoviens viennent de faire : nous sous-estimer voire de nous mésestimer.

Décider, dans notre pays, que l'anglais est plus important que l'une des autres langues nationales relève de la provocation quand bien même l'instruction publique relève des compétences cantonales. Mais tout est loin d'être joué et il n'est pas encore certain que le gouvernement central ne soit pas obligé d'intervenir dans un débat qui paraissait anodin au départ mais qui en fait relève de la cohésion nationale. Il n'a pas fallu attendre les réactions très longtemps. Les initiateurs de ce que j'appellerais une "bourde démocratique" seraient bien inspirés de réfléchir sur l'une des valeurs qui ont fondé - et qui continuent - notre état fédéral : la coexistence de plusieurs langues et plusieurs cultures.

 Une citation de Jean Renoir - à méditer par les Argoviens : "En démocratie, quand les minorités revendiquent des droits qui ne retirent rien aux droits de la majorité, il est difficile qu'à terme elles n'aient pas gain de cause."

Alémaniques rebelles, vous êtes prévenus...

 

 

 


12/08/2014

argent dilapidé

"Pour rappel, cette campagne abominable nous coûte la bagatelle de 2 millions! Oui, c'est cette somme gigantesque qui est dépensée chaque année pour à peine plus de 500 cas de contamination en Suisse, soit à peine plus de 10 décès par année!"


Voilà une partie du texte relatif à la campagne de prévention contre le SIDA engagée par l'OFSP publié par M. Vuagnat sur son blog auquel j'ai ajouté un simple commentaire :

"Quel cynisme, Monsieur"

commentaire qui n'a apparemment pas plu ni n'a été publié par l'auteur des lignes ci-dessus, à moins qu'il ne l'ait pas reçu, ce qui reste une éventualité.


Blogs ? Sans commentaires...

11/08/2014

Un blog ? Sans commentaires...

Quiconque souhaitant ouvrir un blog peut le faire avec la bénédiction de la TdG, dans la mesure où certaines règles sont respectées.

Mais au fond, un blog, à quoi cela sert-il ? A donner son point de vue sur à peu près n'importe quel sujet  en laissant la possibilité aux approbateurs de vous approuver et aux contradicteurs de vous contredire, le tout emballé dans une once de concision, de courtoisie et de pertinence.

Le problème, parce que problème il y a, ce sont les blogueurs qui aiment bien la pommade que leurs approbateurs leur passent dans les cheveux mais qui rechignent à publier les lignes qui osent les contredire et qui nécessiterait une réponse.

Je ne conteste bien sûr à personne le droit de refuser un commentaire qui se révélerait outrancier, grossier, xénophobe, antisémite et tout ce que vous pourriez imaginer comme lignes, disons, impubliables.

Cependant, quand le seul critère de refus concerne la contradiction, il serait à tout le moins poli de signaler à l'auteur du commentaire les raisons qui ont conduit à refuser le texte. Il est loisible de le lui signaler par la voie publique ou par un "mail" privé. Cela s'appelle justement la courtoisie ou encore la politesse. Il y a des blogueurs qui ont ce courage. Et la cohorte des autres...

Je ne connais pas toute la cohorte. Mais parmi eux, il y a quelques spécialistes que je vais me permettre, pour une fois de mettre en exergue : M. F. Velen, à qui je demandais de me préciser le sens d'une de ses phrases - la voici - "Nous ne pouvons pas jouer les St-Bernard et brandir le spectre de la cuisse hospitalière(...)". Mes origines bernoises m'empêchent peut-être de saisir rapidement le sens caché de certaines formulations. Mais là, franchement, même avec toute ma bonne volonté...Malheureusement mon appel est resté sans réponse. Je ne saurai jamais ce qu'est une cuisse hospitalière.

Plus étonnant le refus - jusqu'à ce jour - du blogueur "vu de la place Victor-Hugo" qui semble ne pas goûter les commentaires tel que celui laissé sur son espace par mes soins : "En quoi un président américain critique à l'égard d'Israël serait-il un président médiocre ?", question qui faisait suite à l'affirmation suivante :"(...)M. Obama restera la président US le plus critique à l'égard de l'Etat juif (...)".

De deux choses l'une : ou bien les blogs sont un lieu d'échange quand ils sont intelligemment utilisés et permettent à chacun d'affirmer et d'affiner ses propos, ou bien ils sont détournés de leur objectif principal, à savoir l'échange justement, et ne permettent alors à leurs auteurs de n'utiliser leurs approbateurs que comme des faire-valoir et considérer leurs contradicteurs comme étant indignes ou incapables de fournir un avis éclairé.

Si l'on filtre les commentaires en fonction de contenu qui plaît ou qui déplaît, mieux vaut alors, carrément, fermer les commentaires aux contenus "qui fâchent". Mais alors, s'agit-il encore de blogs ? Chaque lecteur apportera la réponse qui lui conviendra !

 

 

17:31 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

09/08/2014

Petit abécédaire. Aujourd'hui n comme navrant

L'anticyclone des Açores n'a pris (encore) pris ses vacances et par conséquent reste chez lui. Conséquence immédiate chez nous : pluie, froid, nuages, moral en baisse...

Voyant le temps qu'il fait dehors, on se dit que la télévision pourrait sans doute nous distraire un peu. Las. Entre les séries américaines, les films français réchauffés pour la dix-huitième fois et autres reprises en tous genres, on se demande bien pourquoi on nous force à payer une redevance.

Un physicien dont j'ai oublié le nom a dit quelque chose comme :"le vide, c'est ce qui reste quand on a tout enlevé". C'est une définition qui s'applique - aussi - à la télévision en été.

Reste la radio qui nous offre un choix beaucoup moins désolant. Et si la radio ne vous inspire pas, vous pouvez bien entendu lire un livre. Et si vous n'aimez pas lire, faites une balade. Entre deux averses...

Navrant, tout ça.

11:30 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |