Science

  • En marge de la COP 24 : CO2 ? Foutaise...

    Imprimer

    Au détour d'une lecture de l'Echo Magazine, publié à Genève, je tombe sur un billet consacré à un certain Werner Munter. Inutile, probablement, d'expliquer à tous les écologistes et tenants de la COP21 et suivantes qui est ce personnage. La seule évocation de son nom suffit apparemment à faire sourdre une authentique colère contre celui qui traque avec allégresse les prophéties du GIEC. 

    Ce personnage haut en couleurs ne laisse pas indifférent. Après des études de philosophie et d'histoire à Berne, Munter s'intéresse, en autodidacte, à l'étude des avalanches. D'abord pris pour un aimable mais bougon amateur, il sera finalement considéré comme un des plus grands spécialistes mondiaux des avalanches. Même l'Institut de la neige et des avalanches à Davos lui ouvrira ses portes après pas mal de confrontation.

    Mais Werner Munter n'est pas seulement connu pour ses compétences en matière de neige. Il s'est attaqué également au réchauffement climatique et au passage se permet d'égratigner assez véhémentement les conclusions du GIEC. Il n'y va pas par quatre chemins et précise :"C'est de l'arrogance pure de croire qu'en 150 ans d'industrialisation, l'être humain aurait changé le climat. Les experts du GIEC répètent en boucle : 'c'est prouvé depuis longtemps', mais avance de preuves scientifiques, car il n'y en a pas. Ils le savent mais sont payés pour." On ne saurait le dire plus directement ! Plus loin :"Au cours des 10.000 dernières années, il y a eu cinq pics de température comparables à celui que nous vivons. Ces optima correspondent  à des cycles naturels. Il y a moins de 0,5 0/00 de CO2 dans l'atmosphère, et 5 % de cette quantité est imputable à l'homme. La thèse officielle contredit aussi la première loi de la thermodynamique. C'est de la foutaise ! J'ai des preuves mathématiques irréfutables que le CO2 est climatiquement neutre indépendamment de sa concentration. Mais personne ne veut les voir.On préfère se flageller...Le véritable problème, c'est la pollution. Si nous ne changeons pas nos modes de vie , nous crèverons dans notre propre merde!"Voilà qui est dit, en termes directs et sans circonlocutions inutiles.

    Indépendamment du fait que personne ne conteste que le réchauffement climatique est un fait avéré, son origine - attribuée dans une très large mesure aux activités humaines - semble faire encore débat. D'un côté la doxa qui accepte les conclusions du GIEC comme le saint évangile du climat et de l'autre quelques électrons libres qui crient au scandale, non pas avec des arrière-pensées économiques du style Trump, mais parce que convaincus que le GIEC fait fausse route.

    Il est vrai que la doxa ferait bien de se méfier des experts car leurs intentions ne sont pas toujours d'une grande clarté. Le domaine de la médecine et de la pharma en a fournis moult exemples au cours des dernières années. Mais c'est une autre histoire.

    La vraie question qui se pose avec le réchauffement climatique n'est pas de le contester - il est bien présent et mesurable - mais de savoir si l'on pourra le contenir par des comportements à la hauteur des enjeux fixés par les experts.

    Première constatation : les émissions de CO2 ne semblent pas diminuer en dépit de toutes les COP qui sont organisées.

    Deuxième constatation : les taxes sur le CO2, outre le fait qu’elles pénalisent les plus modestes - sont-elles réellement les seules à pouvoir venir à bout du CO2

    Et troisième constatation, plus provocatrice : les conclusions du GIEC sont-elles absolument irréfutables ou bien est-on autorisé à les contester, les mettre en doute sans passer immédiatement pour un irrécupérable fossoyeur du monde de demain.

    Heureusement, finalement, qu'il y ait des Munter. Les experts en ont aussi besoin !

     

    (Echo Magazine - no 48 - 29.11.2018, p.19-23))

     

  • Un autre système solaire

    Imprimer

    Quand la NASA parle découvertes, le monde, en général, écoute. Qui plus est quand elle annonce la découverte d'un autre "système solaire". En soi, l'annonce ne fait que renforcer l'idée - depuis la découverte de la première exoplanète par MM. Mayor et Quéloz en 1995 - que l'univers est probablement truffés de "terres" orbitant autour de leur soleil. Ce qui est inédit avec l'annonce de la NASA, c'est un système complet composés de 7 planètes dont plusieurs sont supposées être dans la "zone habitable"de l'étoile et disposant d'eau liquide !

    Il n'en faut pas plus pour alimenter la question que les hommes se posent depuis fort longtemps : se peut-il qu'il y ait de la vie "là-bas". Mais poser la question, ce n'est de loin pas encore y répondre ! Souvent habitués à étudier notre environnement proche ou lointain à l'aune d'un anthropomorphisme récurrent, nous peinons à imaginer des formes de vie qui ne nous ressembleraient pas. Et ces autres formes de vie, seraient-elles "amicales" ou "ennemies" ? Autrement dit pourrait-il y avoir danger pour l'espèce humaine en cas de contact.

    Toutes ces questions, légitimes, trouveront peut-être dans un avenir proche ou lointain des réponses, totales ou partielles. Cela étant, reste quand même un problème majeur à résoudre : l'éloignement. Le nouveau système repéré n'est "qu'à" 40 années-lumière, la rue d'à côté à l'échelle de l'univers. Mais ces 40 années-lumière représentent 400 mille milliards de km ! Pour une fusée propulsée à 50.000km/h, il lui faudrait...environ 800.000 ans pour y arriver.

    Ainsi donc, en plus ou à cause de l'éloignement, doit-on tenir compte de la simultanéité des civilisations. Ont-elles, si elles existent, commencé au même moment, pour avoir une chance de percevoir un signal. Et même si nous percevons un signal venant de très loin, il est possible, probable, certain (?) que l'émetteur ait disparu depuis fort longtemps !

    Les contacts avec les petits hommes verts ne sont vraisemblablement pas pour demain, peut-être même pas après-demain, mais tous les rêveurs et les scientifiques continuent leur quête de vie extra-terrestre.

    « Comment savez-vous si la Terre n’est pas l’enfer d’une autre planète ? Aldous HUXLEY  (1894 - 1963)

    « Deux possibilités existent : soit nous sommes seuls dans l'univers, soit nous ne le sommes pas. Les deux hypothèses sont tout aussi effrayantes. »  Arthur Charles Clarke (1917-2008)

     

     

    Lien permanent Catégories : Science 2 commentaires
  • Savez-vous quand cela se produira ?

    Imprimer

    Dans le cadre des célébrations de son 25ème anniversaire, le Club astronomique M51 de Divonne-les-Bains présente un film consacré au renversement des pôles magnétiques de notre bonne vieille Terre !

    Il s'agit d'une projection de 52 minutes issue de la vidéothèque du CNRS à Paris. Le professeur André Maeder, professeur honoraire et ancien directeur de l'observatoire de l'Université de Genève présentera le sujet du film et répondra aux questions des spectateurs après la présentation.

    Un peu plus de détails ici : TERRE PERD LE NORD.pub.pdf

     

    La manifestation aura lieu à l'esplanade du lac de Divonne-les-Bains.

    Entrée gratuit - Bar ouvert avant et après la projection

    Bienvenue à toutes et tous

    Lien permanent Catégories : Science 0 commentaire
  • Quelques images en différé...

    Imprimer

    La météo nous ayant privés du transit de Mercure devant le Soleil le 9 mai dernier, je vous invite à regarder le montage de la NASA en suivant le lien ci-desous.

    Pour ceux qui ont des agendas très chargés, je leur recommande de noter que le prochain transit de Mercure devant le Soleil est prévu pour le 11 novembre 2019, météo, comme d'habitude, non garantie.

    http://cieletespace.fr/node/21985

    Lien permanent Catégories : Science 2 commentaires
  • Mercure passe devant le Soleil !

    Imprimer

    Lac de Divonne 

    Chemin des planètes, immédiatement à droite après la douane française !

    9 mai 2016

    mercury_transit_01_credit-ESA-NASA-SOHO.gif

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Région, Science 3 commentaires
  • Intelligence artificielle

    Imprimer

    "C'est donc fait l'homme... a trouvé son maître. Ce jour tant redouté est arrivé... l'intelligence artificielle nous dépasse...

    Question: est-ce que la machine sera à notre service ou à l'inverse allons-nous en être tributaire ?

     Pas clair... car si la machine devient vraiment si intelligente que cela alors pourquoi elle s'encombrerait d'une créature finalement nuisible à son environnement et qui ne semble pas apprendre vraiment avec le temps ... comme l'homme?" (blog de M. X. Comtesse)

     

    A moins que la machine soit capable, dans l'avenir, de se reproduire et finalement de faire de l'homme son esclave total, je me demande pourquoi cet homme ne serait pas en mesure, en dernière extrémité, de retirer la prise pour que la machine s'arrête...

    Gagner une partie de go avec des algorithmes est une chose, présider les Etat-Unis en est une autre. Quoique !...En voyant Donald Trump, on est en droit de se demander si une machine ne ferait pas mieux l'affaire.

     

    Lien permanent Catégories : Politique, Science 4 commentaires
  • Petit abécédaire. Aujourd'hui y comme Yersin

    Imprimer

    Quels sont les lecteurs de "la Peste" de Camus à y associer le nom de Yersin ? Question saugrenue sans doute, mais quand on arrive à la lettre y d'un abécédaire, le choix du sujet ne saute pas immédiatement aux yeux !

    Y donc, comme Yersin. Alexandre de son prénom. Né en 1863 dans le canton de Vaud,  près d'Aubonne et décédé en 1943 au Viet Nam. Le jeune Alexandre suit des études secondaires à Lausanne, puis "fait médecine" dans la même ville avant de poursuivre sa formation à l'université de Marburg, en Allemagne. Ce sera ensuite une formation supplémentaire à l'Hôtel-Dieu de Paris avant de rejoindre l'Institut Pasteur.

    Alexandre Yersin se fera un nom comme bactériologiste mais sera surtout connu, à son époque, pour avoir isolé, le premier, le bacille de la peste. C'était en 1894. Cette découverte lui vaudra la croix de chevalier de la Légion d'Honneur. Si les Prix Nobel avaient existé à ce moment-là, on peut imaginer - rêver - qu'il en fût récipiendaire d'un !

    A. Yersin, comme beaucoup d'autres savants, appartient à la catégorie "Illustre, mais inconnu...", tout au moins pour le grand public.

    Pour quelques détails supplémentaires, suivre le lien

    http://www.pasteur.fr/infosci/archives/yer0.html

    Lien permanent Catégories : France, Science, Suisse 0 commentaire
  • Eclipse (partielle !) de Soleil

    Imprimer

    Pour ceux qui l'ignoreraient encore, nous aurons droit - si la météo est favorable - à une éclipse partielle de Soleil le vendredi 20 mars prochain entre 9h30 et 11h30 environ.

    Sous nos latitudes, l'occultation du Soleil par le disque lunaire sera d'environ 70 %.

    Cela précisé, il n'est sans doute pas inutile de préciser qu'il faut absolument se munir de lunettes prévues pour l'observation des éclipses, à l'exclusion de tout autre système qui pourrait conduire à des lésions irréversibles de la rétine.

    Le Club astronomique de Divonne-les-Bains sera au bord du Lac (de Divonne évidemment !) avec divers instruments pour observer le phénomène.

    Pour ceux qui souhaiteraient acquérir une paire de lunettes, il faudra compter environ 0,70 €. Tout le reste est bien entendu gratuit.

    Lien permanent Catégories : France, Science 0 commentaire
  • Bip bip...

    Imprimer

    Le 4 octobre 1957, les Soviétiques lançaient le premier satellite artificiel de l'histoire des hommes, faisant ainsi la nique aux Américains qui attendront pratiquement 12 ans pour montrer qu'ils pouvaient faire aussi bien sinon mieux en envoyant des astronautes sur la Lune. C'était le 21 juillet 1969.

    Les jeunes ont probablement de la peine à imaginer ce que représentait ce "bip bip" du Spoutnik 1, d'autant que la télévision était loin d'être en mesure de relayer l'événement...

    En novembre prochain, la sonde Rosetta, en orbite autour de la comète Churyumov-Gerasimenko va larguer un module sur une comète après avoir parcouru plus d'un milliard de km dans l'espace.

    Si tout se passe comme prévu, ce sera un immense succès et une performance extraordinaire compte tenu de la très faible gravité de la comète. Si cela ne fonctionne pas, ce sera quand même une très belle performance. La sonde Rosetta a été lancée en mars 2004. Elle arrive à pied d'œuvre après dix ans de voyage.

     On se tient les pouces...

    Lien permanent Catégories : Science 0 commentaire
  • Petit abécédaire. Aujourd'hui C comme curie

    Imprimer

    Selon que vous serez plutôt religieux ou scientifique, vous ferez de ce mot une lecture évidemment différente. Pour tous les fidèles aux Evangiles, la curie représente l'ensemble des organismes gouvernementaux du Saint-Siège occupé par le Pape François ( Je me demande encore aujourd'hui pourquoi on a renoncé à lui attribuer le numéro qui lui revient, soit le premier. De peur qu'on le confonde avec le roi de France du même nom et du même rang ?). Mais la curie, c'est aussi, semble-t-il, un gouvernement que le successeur de Pierre paraît décidé à remettre sur des rails neufs afin d'éviter les déraillements du passé. Y réussira-t-il ? Pour les croyants, l'Esprit Saint l'y aidera. Pour les autres - les athées, les agonistiques, et de manière générale tous ceux qui n'appartiennent pas au monde romain,  la curie est un organe politique comme un autre, à la nuance près que les femmes y sont encore plus sous-représentées qu'ailleurs. Pour les plus virulents, ce serait aussi un nid de pédophiles. Regrettable, très regrettable excès dans la formulation. En effet, cela reviendrait à affirmer que tous les banquiers suisses sont malhonnêtes...Excusez-moi, je m'égare.

    Revenons donc à la curie, la scientifique cette fois. Qui sait encore aujourd'hui que ce nom commun appartient en fait à Marie Curie, née Sklodowska, polonaise de naissance ayant épousé Pierre Curie, physicien français, comme sa femme. Marie Curie a été par deux fois récipiendaire d'un prix Nobel : en 1903 pour la physique et en 1911 pour la chimie. Qui dit mieux ? Personne. Qui dit aussi bien ? C'est une performance que seuls trois hommes ont également réussie : L. Pauling, J. Bardeen et F. Sanger.  Mais au fait, qu'est-ce qu'une curie ? Une unité anciennement utilisée pour la mesure d'une source radioactive qui vaut actuellement 3,71 x 1010 becquerels. Heu, Wikipédia est une bonne source d'information pour ceux qui souhaiteraient des déails...


    Pour terminer, je promets de ne pas revenir à la lettre i sur la curie procédée du préfixe "in". J'entends et je lis trop souvent des commentaires - qu'il soient de citoyens lambda ou de journalistes - ou l'incurie règne : dans les assemblées d'élus, au sein des administrations, dans les entreprises, à l'éducation, dans les transports, et plus encore, sans que je sois obligé d'y mêler mon grain de sel. Promis.



    Lien permanent Catégories : Science, Spiritualités 10 commentaires