20/04/2010

Génial !

Le directeur des CFF souhaite que les tarifs augmentent encore, les fins de mois des trains en Suisse étant trop difficiles. Mais rien qu'à prendre connaissance des prix des billets, vous êtes cloués sur place et vous renoncez à monter dans le wagon qui devrait vous amener dans votre lieu favori avec la conscience tranquille de l'écolo non pollueur.

Vertigineux les prix ! Pour des grands parents qui veulent emmener leurs petits enfants à Bâle visiter le zoo, en comptant tout ce qu'il faut pour passer une journée agréable, mais sans excès, il faut bien compter cinq cents francs...(En deuxième classe bien entendu). Difficile, dès lors, d'empêcher les gens d'utiliser leur véhicule privé, même si, en fin de compte, le voyage en voiture coûte aussi, voire plus cher que le train. Sur le moment, il est indéniable que les gens dépenseront moins !

C'est là qu'intervient tout le génie du directeur des CFF. Pour compenser la différence entre les tarifs démentiels des trains suisses et les autres modes de transport, il suffit d'augmenter les prix de ces derniers pour réduire la différence. Génial non ?

Je me demande ce qu'en pensent tous les travailleurs qui doivent habiter de plus en plus loin de leur lieu de travail par suite de manque de logements à proximité raisonnable de leur lieu de travail.

On peut avoir la fibre écolo mais franchement les CFF ne font pas grand chose pour la développer davantage.

 

 

07/04/2010

Hasard !

Perdu dans mon grenier depuis quelques heures pour y mettre un peu d'ordre, je tombe par hasard sur une coupure de presse : elle est issue du Journal de Genève des 24, 25 et 26 décembre 1986. Jusque là, rien que de très normal. Un grenier n'est-il pas conçu pour recevoir tout ce qu'on croit nécessaire de conserver. Bref. A la page 12 - Dernière heure - je tombe sur un "papier" intitulé "La libellule a bouclé son tour du monde." J'y lit en "chapeau" que "l'avion expérimental américain Voyager s'est posé  mardi matin sur la base aérienne d'Edwards en Californie, bouclant le premier tour du monde aérien sans escale ni ravitaillement." Un périple historique de neuf jours et de 43000km. Les deux pilotes se nomment Dick Rutan et Yeana Yeager. L'article se termine ainsi : "L'exploit de Voyager, qui entre dans les annales de l'histoire de l'aviation, est intervenu six jours après le 83ème anniversaire du premier vol d'un avion motorisé réalisé en 1903 par les frères Wright à Kitty Hawk (Caroline du Nord).

L'information ci-dessus n'aurait aucun intérêt particulier à être rappelée 24 ans après la réalisation de l'exploit si - par le plus grand des hasards - je ne la mettais en relation avec une autre information, de ce jour cette fois : "Solar Impulse" a réalisé son premier vol depuis Payerne. Cette avion solaire ambitionne lui aussi de réaliser un exploit en 2012, sauf erreur : faire le tour du monde avec comme seul "carburant" l'énergie solaire. Sans escale ni ravitaillement non plus !

Il y a un quart de siècle, ce qui importait c'était l'exploit en tant que tel, peu importait les moyens. Pour B. Piccard, l'exploit ce n'est pas tant de faire le tour du monde que de le faire à "l'énergie solaire", soit sans pollution, sans bruit et avec beaucoup de médiatisation !

Après tout, "sol lucet omnibus" disent les latinistes. Pourquoi s'en priver ?

 

05/04/2010

Annecy, le flop...

L'éditorail (Ce n'est pas un jeu de mots, c'est juste une faute de frappe...) de la TG du samedi 3.4.2010 s'intitule : "Le CEVA fait un flop". J'aimerais d'abord relever que pour qu'il y ait flop, il faut que le public soit au courant. Or pour admettre que le CEVA fasse un bide (un four, un flop) à Annecy, il faudrait que l'ensemble de la population et des élus locaux le rejettent ou s'en désintéressent. Or tel ne semble pas être le cas. Les gens d'Annecy ne semblent simplement ne pas être au courant. Pour l'instant les Annéciens ne profiteront pas du CEVA et la liaison ferroviaire Annecy-Genève restera une aimable plaisanterie.

J'ajoute que si la population locale n'a pas connaissance du projet, la presse en est probablement responsable : c'est à elle qu'appartient le rôle d'informer. Et que font les médias de Genève et des environs pour expliquer les enjeux (et la nécessité ?) d'une nouvelle entité économico-politique ? Il y a des mentalités à faire évoluer aussi bien d'un côté que de l'autre. C'est bien de vouloir créer une région franco-valdo-genevoise ! Encore faut-il que ses habitants y trouvent quelques avantages : habitat, travail, transports et fiscalité notamment. S'il ne s'agit que de permettre à l'économie d'étendre ses tentacules en saignant celles et ceux qu'elle croit être à son service, ce n'est pas demain que nous verrons la grande région voir le jour.

Enfin les liens de l'histoire et du nationalisme (osons le mot !) pourraient bien avoir raison d'un développement certes souhaitable de la région, mais qui n'offre guère de garantie d'harmonie et de bien-être partagés. A voir des gens comme le MCG freiner des quatre fers chaque fois que l'on prononce le mot "frontalier" et à entendre certains Savoyards (Savoisiens ?) s'accrocher à une illusion d'indépendance grâce à un gouvernement provisoire, on se dit que ceux qui vivent d'espoir finiront peut-être par mourir de désespoir...